Québec est cette année l’une des sept villes les plus branchées de la planète. L’Intelligent Community Forum ( ICF ) a décerné ce prix à la capitale nationale pour sa forte « économie à large bande » et ses politiques de données libres.

Alexandre Paré

Le concept « d’économie à large bande » est proche de la mondialisation. C’est l’aspect technologique de cette dernière, plus précisément l’écosystème de communication entre les entreprises, les consommateurs et les gouvernements. Et ce, en partie avec l’évolution des moyens de communication  et la démocratisation des nouvelles technologies depuis les années 1990.

Québec, avec ses politiques fiscales pour les entreprises, a su attirer  plusieurs gros 
joueurs de l’industrie des hautes-technologies. Beenox, 
Ubisoft, CGI  et bien d’autres ont élu domicile dans la ville, ouvrant la porte à des partenariats profitables.

Forte déjà d’héberger le siège social de onze des plus grandes compagnies d’assurance de la province et des organismes de recherche et développement de renommé mondiale, l’Intelligent Community Forum ( ICF ) n’a pu que reconnaître les avancées en matière d’innovation de la 
Capitale-Nationale.

Données ouvertes

Les données crées par la ville de Québec sont majoritairement financées par les contribuables. C’est en suivant cette logique que plusieurs paliers de gouvernement commencent à rendre disponible en ligne, sous plusieurs formats, les 
différentes données.

La Ville de Québec a donc suivi la tendance en ajoutant à son site plusieurs données relatives à ses infrastructures. On peut maintenant, en quelques clics, obtenir les horaires des éco-centres, les localisations et la description des panneaux de stationnement, les activités de loisirs financées par la Ville ainsi qu’une douzaine d’autres bases de données.

Ces initiatives permettent aux citoyens d’être mieux informés mais surtout ouvrent aussi la porte aux développeurs. Comme les données viennent sous différents formats, il devient possible pour une personne avec des bases en programmation de créer un programme se servant des informations publiées par la ville. Cela ouvre le marché des applications à une myriade de petits entrepreneurs désireux d’offrir des services à 
leurs concitoyens.

Au mois de juin, nous saurons qui remportera le prestigieux prix de la communauté la plus intelligente de l’année. Québec rejoindra peut-être Eindhoven ( Pays-Bas, 2011 ), Suwon ( Corée du Sud, 2010 ) et Stockholm ( Suède, 2009 ) dans le panthéon des villes les plus branchées au monde.

Crédit photo : Impact Campus