Dans un discours peu nuancé, M. Bourbeau a expliqué son hypothèse de travail concernant le phénomène ovni. Une mise au point est de mise.

Yves Boisvert, chroniqueur du journal La Presse, remarquait, dans un article paru le 12 octobre dernier, «qu'il y ait de la vie ailleurs dans l'Univers, c'est une probabilité, selon plusieurs astrophysiciens. Mais rien ne permet de croire que des extraterrestres nous ont visités. Ça, c'est l'état de la science. J'aurais aimé qu'une personne sur la planète télé ait recours aux connaissances scientifiques, soulève un doute, une critique.» Sa réaction à l’entrevue de Tout le monde en parle – que l’on peut visionner sur YouTube – met en doute certaines évidences inexpliquées qui ont effectivement fait grincer des dents la communauté scientifique québécoise. L’absence d’un discours critique en réponse aux propos de l’ufologue empêche le grand public de prendre une position éclairée. 

L’hypothèse de travail de M. Bourbeau est de «croire» que les phénomènes ovnis ne proviennent pas d’extraterrestres, mais bien d’habitants de la Terre provenant du futur et empruntant des couloirs spatio-temporels pour visiter la planète bleue. Pour appuyer ses dires, l’ufologue présente la théorie des cordes, qui consiste véritablement en une hypothèse de travail utilisée par les physiciens pour tenter d’unir gravitation et mécanique quantique lors de conditions extrêmes comme celles du Big Bang.

Dans cette entrevue, l’apparence a malheureusement primé. L’ufologue, qui se présente comme un astronome, n’a effectivement aucun diplôme de ce titre. Mais aucune précision à ce sujet n’a été mentionnée de la part des animateurs. On risque donc la démagogie : belle présence sur le plateau, emploi à outrance de faits sans références scientifiques et utilisation de témoignages d’invités peu crédibles dans le domaine de l’ufologie mais aimés du grand public.

M. Bourbeau affichait par ailleurs un certain détachement au moment de présenter la théorie : comme s’il ne voulait pas enliser le spectateur néophyte dans la physique et les mathématiques de haut niveau. Or, il faut considérer que les dimensions supplémentaires de la théorie des cordes ne sont, pour l’instant, qu’une fabrication mathématique pour rendre compte de phénomènes encore non démontrables expérimentalement.

D’autant plus que l’ufologie est une pseudoscience. La prétendue fermeture d’esprit des scientifiques que dénoncent les adeptes de l’ufologie pourrait en fait cacher un manque de preuves. Et un témoignage ne sera toujours qu’un témoignage.