«C’est le début d’un nouveau chapitre pour l’astronomie», a lancé Hubert Reeves en parlant des neutrinos, samedi dernier au Grand Salon du pavillon Desjardins. L’astrophysicien et vulgarisateur scientifique a présenté une conférence intitulée  Le charme discret des neutrinos. Ces particules, si minuscules, voyagent quasiment à la vitesse de la lumière et ce sont probablement les particules les plus abondantes de tout le cosmos. «Il y a 450 millions de neutrinos dans chaque mètre cube. Près de 60 milliards vous traversent le corps chaque seconde mais ils sont si discrets que vous n’avez jamais senti un neutrino vous transpercer», a affirmé à la blague ce scientifique qui était également le président d’honneur de ce 33e congrès de la FAAQ.

Remonter à l’origine de l’Univers
Découverts en 1932 mais détectés pour la première fois en 1956, les neutrinos ne font que commencer à apporter des réponses. Ces particules proviennent, comme les photons et les électrons, du noyau d’un atome qui se désintègre. «Il y a quelques décennies à peine, l’astronomie s’étudiait par les photons, les particules qui nous envoient la lumière du ciel. Avec les photons, on peut remonter à 400 000 ans tandis que les neutrinos pourraient nous permettre de retourner à la première seconde de la naissance de l’Univers, il y a 13,7 milliards d’années», a expliqué M. Reeves. Ces particules pourraient aider les chercheurs à confirmer la théorie du Big Bang, ou, au contraire, la remettre totalement en doute.

Voyage au centre du soleil
Les neutrinos proviennent d’endroits opaques, le centre du soleil, par exemple. Ces particules peuvent traverser le centre de l’astre en trois secondes et atteindre la Terre quelques heures plus tard. Ces dernières années, elles ont permis de confirmer la source d’énergie assez abondante pour permettre au soleil et aux étoiles de briller depuis plus de quatre milliards d’années : l’énergie nucléaire. En émettant des hypothèses sur les neutrinos, les scientifiques ont fait plusieurs découvertes au sujet de l’astre solaire, des supernovae (les manifestations qui accompagnent la mort des étoiles) et maintenant de notre planète. En effet, les géoneutrinos pourraient permettre de comprendre les sources du magnétisme terrestre.

Ces particules sont donc, aussi petites qu’elles soient, une source inépuisable d’explications des grands phénomènes qui ont forgé l’univers. «Ils jouent un rôle majeur dans le cosmos et complémentent nos connaissances», a conclu Hubert Reeves.