On a ainsi choisi, du côté de Microsoft, de gommer les différences entre le système qu'on utilise sur une tablette, sur un téléphone et sur un ordinateur. L'espoir de l'entreprise est que le même système d'exploitation soit utilisé sur les trois types d'appareils afin de consolider les parts de marché, surtout en réponse à la force des compétiteurs Android (Google) et iOS (Apple).

Des nouveautés audacieuses

Au premier regard, la différence de Windows 8 est esthétique : en réutilisant l'interface fort réussie appelée Metro (qu'on a vu évoluer dans les baladeurs Zune et les téléphones Windows Phone 7), le pari de Microsoft est d'accélérer l'adoption de la plateforme par les développeurs d'applications. De plus, des différences techniques viennent mettre le système au goût du jour : l'adoption d'USB 3 pourrait forcer l'utilisation de ce standard.

Certaines fonctions promettent aussi de modifier la façon de fonctionner des utilisateurs, comme le Windows Store, une boutique d'applications similaires à celles que l'on voit sur bien des plateformes. Les utilisateurs plus avancés risquent de remarquer l'utilisation des «contracts», une façon de partager des données entre deux applications (comme une photo qu'on veut envoyer par courriel) sans pour autant avoir à passer par l'enregistrement d'un fichier.

Pour l'instant, le système n'a été dévoilé qu'aux programmeurs, ce qui laisse toute la place aux hypothèses quant à l'aspect final – et la date de sortie – de la version officielle du système.

Petite frousse du côté du logiciel libre

Même s'ils n'ont jamais porté la firme dans leur coeur, une déclaration de Microsoft a cependant fait frémir certains partisans du logiciel libre, qui tiennent à pouvoir installer le système d'exploitation de leur choix sur leur ordinateur. En effet, sur un des blogues corporatifs de l'entreprise, on présentait une fonction appelée Secure Boot, qui permet aux fabricants d'ordinateurs de verrouiller un système d'exploitation et rendre plus difficile un changement. Même si cette fonction n'est pas une composante de Windows 8, elle peut-être utilisée par les fabricants pour verrouiller ce système sur les appareils vendus. Il reste cependant à voir comment les fabricants intègreront cette technologie.