Alors qu’il menait 20 à 3 au quatrième quart, le Rouge et Or a joué avec le feu en fin de match et a bien failli se brûler. En effet, les Stingers ont inscrit deux touchés en moins de cinq minutes pour porter la marque à 20-17 et sont venus bien près d’en marquer un troisième. Alors qu’il restait un peu plus d’une minute à jouer, ils se sont retrouvés à la ligne de 15 du Rouge et Or. Mais Alex Surprenant a mis un frein à la menace en réussissant le plus gros jeu de sa carrière, lorsqu’il a intercepté la passe de Liam Mahoney dans la zone des buts. Quelques secondes plus tard, Sébastien Lévesque y est allé d’une course de 90 verges pour inscrire son troisième touché du match et assurer la victoire à son équipe.

La première demie a permis aux défensives des deux équipes de se mettre en évidence. Bien que le Rouge et Or ait commencé le match en force en inscrivant trois points dès sa première possession, il a terminé la première demie avec six points au tableau. L’attaque de Concordia, quant à elle, a inscrit seulement trois points grâce à un placement de
42 verges du botteur Rene Parades en fin de deuxième quart.

À sa première possession du troisième engagement, Laval menace à nouveau. Le
quart-arrière Benoît Groulx se défait de la pression et porte lui-même le ballon pour gagner le premier jeu. Sur la séquence suivante, Sébastien Lévesque explose et franchit la zone des buts pour le majeur, après une course de 51 verges. Le porteur de ballon recrue a brillé encore une fois au début du quatrième quart, alors qu’il est allé d’une autre belle course, de 47 verges cette fois-ci, pour inscrire le touché. Laval prenait les devants 20 à 3 et semblait en contrôle de la rencontre.

Fin de rencontre haletante
Les Stingers ne s’avoueront toutefois pas vaincus. En début de quatrième quart, Cory Greenwood, de Concordia, a plaqué durement Lévesque qui échappait le ballon. Thomas Kuchiran l’a recouvert avant de franchir 26 verges pour inscrire le touché. À leur possession suivante, les Stingers ont gagné trois premiers jeux pour s’approcher à la ligne de 15 de Laval. Mahoney rejoint Dan Rodrigues dans la zone des buts au jeu suivant. Le tableau indique 20 à 17 en faveur du Rouge et Or. En fin de match, les Stingers ne ralentissent pas la cadence et s’approchent à nouveau de la zone payante. Surprenant réussira l’interception avec 73 secondes à jouer et le Rouge et Or reprendra le contrôle du match pour de bon.
Le porteur de ballon Sébastien Lévesque s’est encore une fois illustré pour le Rouge et Or en inscrivant les trois touchés des siens. Il a terminé sa journée de travail avec 19 portées pour des gains de 285 verges. Le Rouge et Or affrontera en demi-finale canadienne les vainqueurs dans l’Ouest, les Dinos de Calgary, dimanche prochain au Peps.
 
Impression d’après-match

Bien que le Rouge et Or de l’Université Laval ait remporté la coupe Dunsmore face aux Stingers de Concordia, les entraîneurs n’étaient pas entièrement satisfaits après la rencontre. Le coordonnateur à l’attaque, Justin Éthier, a fait remarquer un relâchement en fin de match qui aurait pu coûter cher aux Lavallois. «Je ne suis pas sûr qu’on a bien joué aujourd’hui. À l’attaque, on a manqué plusieurs occasions. À 20-3, on les avait dans les câbles et on les a laisser revenir. Si on continue à faire des revirements, ça va venir nous hanter, comme ça a failli arriver aujourd’hui.»

Pour sa part, l’entraîneur-chef Glen Constantin a voulu souligner l’excellent travail de ses adversaires.  «Ça a été un match durement gagné et il faut donner le crédit à Concordia qui était très bien préparé. Ils ont joué avec beaucoup d’intensité, beaucoup de caractère et ils y ont cru tout le long». Quant à la performance de ses protégés, lui non plus n’était pas totalement satisfait. «Après qu’on ait pris l’avance en début de quatrième quart, j’ai senti un petit relâchement à l’attaque. Ils pensaient que Concordia allait casser et ils n’ont pas cassé. Tu peux être content d’être champion, mais tu ne peux pas être satisfait.»

Quant à Alex Surprenant, il n’était pas peu fier après la rencontre. «C’est le jeu le plus important de ma carrière par un mile», raconte le demi-défensif au sujet de son interception en toute fin de match. Il reconnaît toutefois que le Rouge et Or s’en tire plutôt bien avec cette victoire. «Ça laisse un goût amer. On ne peut pas être satisfait. On est chanceux de s’en sortir de même. On a pensé que c’était fini et ça a failli nous coûter cher.»