L’épreuve mixte de samedi accueillait six équipes universitaires sur les terrains du Peps: Laval, l’UQAM, Sherbrooke, Montréal, McGill, l’UQAC (Université du Québec à Chicoutimi) et l’ÉTS (École de technologie supérieure). Pour cette nouvelle étape du championnat provincial, Étienne Couture, l’entraîneur-chef du Rouge et Or, retenait les deux universités francophones de Montréal comme principales rivales de son équipe. Depuis la dernière manche mixte de fin octobre, remportée par l’Université de Montréal, il avait ressenti les avancées de son équipe et plus particulièrement chez les filles qui ont haussé leur niveau de jeu d’un cran. Quel que soit le résultat, une confirmation de la progression de l’équipe était attendue, mais davantage au niveau de la manière que du score.

Au niveau comptable, la marque du jour fut parfaite chez les femmes, 5-0, ce qui les a fait remonter à la 2e place du classement, avec une fiche de 8-2, juste derrière Montréal. Elles l’ont d’ailleurs emporté à l’arrachée contre les Carabins 3 à 2.
L’absence de la meneuse de jeu montréalaise, Isabelle Mercier-Dalphond, ne saurait éclipser cette belle performance. À noter, le sans faute de Daphnée Lecorre-Laliberté qui a gagné ses cinq parties. Etienne Couture a donc pu confirmer la «nette progression des filles de «soutien» depuis octobre, notamment au plan psychologique dans la gestion des émotions en cours de jeu.»

Les hommes finissaient quant à eux à la deuxième position de la journée avec une fiche de 4 à 2, derrière Montréal, invaincus sur cette manche. La performance des gars contre Montréal restait quoi qu’il en soit «le fait saillant de la journée» pour Étienne Couture, avec la victoire des paires Simon Ferland-Lepage/François Grégoire et Kevin Fillion/Francis Beauregard. 

Prochaine étape: 2009
Le prochain tournoi par équipe du circuit aura lieu fin janvier à Montréal. D’ici là, l’entraîneur-chef du Rouge et Or peut envisager les progrès qui restent à faire: «Les gars se sont encore rapprochés des Carabins et la prochaine étape consiste à gérer les détails qui font la différence dans les parties serrées.  Ils doivent aussi éviter que le train ne déraille lorsque la vitesse du jeu augmente», explique-t-il. Même son de cloche chez les filles, qui peuvent encore progresser sur la vitesse de jeu pour disposer des filles de Montréal.

Laval a fait preuve d’une belle solidarité et peut prétendre à de belles nouvelles victoires, en confirmant les améliorations affichées samedi.