Vainqueur lors de l’édition 2008, l’équipe féminine souhaite conserver son titre, malgré les défections de plusieurs joueuses pour la saison hivernale. En effet, sur un effectif de 21 joueuses à l’automne, huit lavalloises ne poursuivront pas en janvier, dont les deux gardiennes. Un problème qui ne semble pas émouvoir outre mesure Helder Duarte. «Caroline Paré (milieu de terrain habituellement) jouera au but. Elle est même meilleure que certaines vraies gardiennes, affirme-t-il. Concernant l’effectif, la dernière fois qu’on a eu un problème comme ça, c’était en 1996 et on est arrivées au (championnat) canadien», explique le coach lavallois. Cette situation permettra à des joueuses peu habituées à avoir un temps de jeu conséquent de s’imposer et de se faire remarquer. «Les recrues vont pouvoir prendre de l’expérience. Peu importe les conditions, on veut la bannière (de championne québécoise). Avec une équipe de 13 joueuses, il reste de la place pour quatre ou cinq joueuses», ajoute-t-il. Avis aux intéressées.

Une place en finale au minimum
Même son de cloche du côté des hommes. Après leur élimination en quart de finale l’an dernier, l’équipe masculine convoite le titre, ou au minimum une place en finale. Mis à part le départ du finissant Pierre-Henri Poudré, l’effectif restera semblable à celui de l’automne. «Pour nous c’est clair, on veut la victoire finale», affirme Samir Ghrib, le coach lavallois.

À la question de savoir si les conditions de jeu particulières de la saison intérieure vont changer quelque chose à la préparation de l’équipe, M. Ghrib affirme qu’il y a des différences, mais rien de
majeur. «Durant la saison intérieure, on ne s’entraîne qu’une fois par semaine sur le terrain, ce qui veut dire que les pratiques en dehors du terrain sont plus importantes. Aussi, c’est impossible de jouer deux matches par week-end, comme à l’automne, à cause des difficultés de voyagement en hiver, explique-t-il. Mais la configuration est la même qu’en automne, avec des rencontres à 11 contre 11.»

Début de la saison au Campus Notre-Dame-de Foy à Saint-Augustin-de-Desmaures, le dimanche 18 janvier à 11h contre les Gaiters de Bishop’s pour les femmes et le même jour à 13h contre l’Impact de Montréal pour les hommes.