Où vont-ils s’arrêter? Les joueurs de Pascal Clément sont encore et toujours invaincus après leurs deux victoires en championnat cette fin de semaine. Dès le vendredi soir, les spectateurs présents s’attendaient à voir leurs favoris s’imposer facilement. Et ils ne se sont pas trompés, puisque contre les Redmen de McGill, les Lavallois ont remporté la rencontre de façon aisée, sans grande adversité. «Nous avons joué deux très bons premiers sets, mais au troisième, on s’est laissé aller un peu», a analysé l’entraîneur-chef Pascal Clément. En effet, après avoir remporté les deux premières manches par les marques de 25 à 11 et 25 à 16, le Rouge et Or n’a empoché le dernier set «que» 25 à 22. L’explication de ce gain moins net est la présence de joueurs de banc sur le terrain. En effet, M. Clément a fait tourner son effectif, pour offrir du temps de jeu à des joueurs n’en n’ayant pas beaucoup habituellement.

Le samedi soir, alors que les Lavallois pensaient avoir affaire à l’une des plus fortes oppositions de la saison face à Sherbrooke, ils se sont imposés par trois manches à zéro, grâce à des gains 25-12, 25-14 et 25-18. Cette victoire est la plus large enregistrée par la troupe de M. Clément depuis le début de la saison. Son équipe et lui-même s’attendaient à une rencontre plus compliquée, étant donné que le Vert et Or est la seule équipe à leur avoir pris une manche cette année. «Depuis notre victoire contre McMaster au tournoi de Tampa-Bay, les gars avaient hâte de rejouer contre Sherbrooke, qui devait être notre prochain vrai test», explique M. Clément. Finalement, le Rouge et Or n’aura pas été inquiété de la soirée.

Dans la victoire, Karl De Grandpré et Frédéric Desbiens ont été les plus efficaces en attaque avec 13 et 12 attaques marquantes.

Une victoire et une défaite pour les femmes
Les Lavalloises n’ont pas connu le même style de rencontre que leurs confrères masculins lors de leur affrontement avec les Martlets, adversaires directes pour la deuxième place. «Nous n’avons pas pris la bonne façon ce soir pour finir deuxièmes», a analysé Alan Pelletier, l’entraîneur-chef lavallois. Ses joueuses n’ont pas réussi à conserver le momentuum à la suite de leur gain de la première manche, 25 à 14. Pire, en plus de laisser échapper le deuxième set, 25-22, elles ont perdu les deux manches suivantes 26-24 et 25-18, s’inclinant ainsi lors d’un des matches les plus importants de la saison.

M. Pelletier n’a pas caché sa déception à la fin de la rencontre : «Nous jouons pourtant toujours bien chez nous et ce soir, c’est l’exception ! C’est dommage parce qu’on joue pour l’avantage du terrain en séries.» Dans la défaite, les joueuses les plus efficaces du Rouge et Or ont été Julie Rodrigue, Marie-Christine Mondor et Mélanie Savoie, avec, respectivement, 14, 12 et 11 attaques marquantes.

Le lendemain, opposées au Vert et Or, les Lavalloises se devaient de l’emporter pour s’accrocher à la seconde place. Ce qu’elles ont fait en gagnant la rencontre par trois sets à un. Le match des joueuses d’Alain Pelletier s’est déroulé exactement à l’inverse de celui de la veille, puisqu’elles ont perdu le premier set, avant de remporter les trois suivants. «Sherbrooke jouait sa saison ce soir et elles ont bien joué au premier set», a analysé M. Pelletier pour justifier la perte du premier set. Ses joueuses ont enlevé les trois dernières manches 25-19, 25-15 et 25-16.

Mélanie Savoie a été le chef de file de son équipe, avec un total impressionnant de 23 attaques marquantes, suivie par Julie Rodrigue, avec 15 attaques marquantes.