De retour à Québec après leur déplacement de la veille à Montréal pour affronter McGill, les joueuses d’Helder Duarte étaient légèrement fatiguées. «Le match d’hier [vendredi] a été difficile, très physique. Ce n’est pas évident de jouer deux matches en deux jours, mais c’est pareil pour les joueuses de Concordia», expliquait l’entraîneur-chef du Rouge et Or. La rencontre de vendredi s’était terminée par un nul, un à un.

Néanmoins, le Rouge et Or a commencé en trombe cette rencontre, notamment grâce au duo d’attaquantes formé par la capitaine Caroline Vaillancourt et Kathleen Fournier-Slater. Se trouvant parfaitement entre les lignes défensives des Stingers, les deux lavalloises ont réussi à combiner parfaitement, se créant énormément d’occasions en première mi-temps. Après avoir malmené la défense et la gardienne des Stingers, les Lavalloises ont finalement ouvert la marque à la 26e minute sur un lob de la remuante Vaillancourt, à la suite d’une belle ouverture de Caroline Collin.

La deuxième demie sera à sens unique, entièrement à l’avantage du Rouge et Or. La rentrée de Monica Boudreau a dynamisé encore plus l’attaque lavalloise, et son association avec Vaillancourt a fait des étincelles. Dès la 51e minute, un jeu en triangle entre Caroline Paré, Caroline Vaillancourt et Monica Boudreau a permis à cette dernière d’inscrire le deuxième but de la rencontre.

Treize minutes plus tard, Vaillancourt, toujours, trouvait Boudreau entre deux défenseures. La numéro 13 du Rouge et Or ne s’est pas fait prier pour crucifier à nouveau la gardienne des Stingers, d’un magnifique lob. Enfin, à la 82e minute, Boudreau a rendu la monnaie de sa pièce à Vaillancourt en lui passant le ballon juste devant la ligne de but de Concordia. La capitaine lavalloise n’avait plus qu’à glisser le cuir dans le filet vide.
Au final, Vaillancourt a inscrit deux buts et fait deux passes décisives. «C’est mon rôle de marquer.» Quant à son nouveau statut de passeuse décisive, elle indique que plus les journées avancent, plus elle arrive à diversifier mon jeu. Malgré les différentes associations en attaque avec différentes coéquipières, elle affirme pouvoir toujours s’adapter aux qualités des autres joueuses. La pointeuse lavalloise l’a grandement prouvé samedi après-midi.

Beaucoup de frustration
Vainqueurs à l’arraché la semaine dernière contre l’UQAM, les hommes de Samir Ghrib revenaient à Québec plus motivés que jamais. Surtout que vendredi soir, les Lavallois se sont inclinés 2 à 0 à Montréal contre McGill. «Cette défaite est vraiment dommage, parce qu’on jouait bien. On a perdu sur deux erreurs», commentait Samir Ghrib.

Gonflés à bloc pour laver la défaite de la veille, les Lavallois n’ont pourtant pas disputé la rencontre comme ils le souhaitaient. Face à une équipe faible techniquement, le Rouge et Or est rentré dans le piège dressé par les Stingers et n’a pas su élevé son niveau de jeu. Malgré tout, ils se sont créés beaucoup d’occasions, débordant régulièrement la défense de Concordia par les ailes.

L’attaque du Rouge et Or a trouvé la faille à la 19e minute sur une combinaison entre Moreau et Chapdelaine-Miller. Ce dernier contrôlait de la poitrine une passe en cloche de Moreau et lobait facilement le gardien des Stingers.

Revigorés par ce but, les locaux ont continué sur leur lancée et se sont créés plusieurs occasions, par Guttierez, notamment. En deux minutes, le milieu lavallois a touché la barre transversale sur coup-franc et a vu ensuite sa frappe sauvée sur la ligne par un défenseur.

Alors que tout le monde attendait le KO de la part du Rouge et Or, ce sont les Stingers qui inscriront un but, sur une frappe anodine d’Alexandre Lord à la 39e minute. Le gardien Vincent Cournoyer a mal négocié le ballon bondissant de l’attaquant des Stingers. Et pour ajouter à la malchance de la défensive lavalloise, le portier du Rouge et Or quittera ses coéquipiers deux minutes plus tard, à la suite d’un contact à la cheville avec un joueur de Concordia.

La deuxième demie a été une suite de frappes et d’actions dangereuses des Lavallois. Multipliant les arrêts, le gardien des Stingers a été le héros de la rencontre, éradiquant les velléités offensives du Rouge et Or.

À la fin de la rencontre, Samir Ghrib a expliqué être beaucoup déçu pour ses joueurs. «Ils se sont rencontrés entre eux avant le match pour se motiver. Ils étaient vraiment gonflés à bloc.» L’entraîneur-chef met l’accent sur le manque de hargne et de caractère de son équipe, source du problème face à une équipe de Concordia très physique.

Avec un point sur six possibles en deux matches, l’équipe masculine est redescendue à la quatrième place et ne peut plus vraiment viser la tête du classement. «On vise la deuxième place. Maintenant, il faut que l’on revienne à la base, c’est-à-dire l’effort physique et la combativité», conclut Samir Ghrib.