L’équipe féminine a tardé à se mettre en marche en début de rencontre et voyait les Martlets prendre les devants 18 à 16 à la fin du premier quart. Les Lavalloises ont toutefois rétorqué de belle façon, alors qu’elles inscrivaient neuf points sans réplique pour prendre une première fois l’avance dans le match. L’entraîneure-chef, Linda Marquis, a constaté que ses joueuses avaient eu de la difficulté à s’organiser en première demie. «On a manqué de cohésion en défensive et on était une fraction de seconde en retard. À l’attaque, on était un peu trop précipitées. On a fait les ajustements en deuxième demie. On était plus patientes à l’attaque et par conséquent, on a pris des meilleures décisions».

En effet, la patience a porté fruits pour le Rouge et Or. Les protégées de Mme Marquis ont réussi à creuser une avance de 11 points à la fin du troisième quart. Alors que Marie-Michèle Genois était surveillée de près à l’intérieur, l’offensive lavalloise frappait de l’extérieur en répliquant à coup de trois points. Le Rouge et Or n’a jamais ralenti la cadence et le tableau indiquait 77-55 à la fin de la rencontre. Encore une fois, la profondeur de l’équipe a fait la différence, alors que quatre joueuses ont inscrit dix points ou plus.

Madame Marquis a tenu à souligner l’excellent travail de sa joueuse de quatrième année, Myriam Lamarre. «Il faut donner le crédit à Myriam. En deuxième demie, elle a amené de la stabilité en défensive, elle a fait les gros jeux et plus de prendre des rebonds offensifs.» Karine Bibeau a été la meilleure des siennes à l’attaque en inscrivant 15 points, tous sur des lancers de l’extérieur. Myriam Lamarre a, quant à elle, marqué 12 points, en plus de récupérer huit rebonds.

Même tarif pour les hommes
De son côté, l’équipe de Jacques Paiement Jr. n’a pas attendu longtemps avant de montrer aux Redmen la couleur de leur soirée : après seulement 15 secondes de jeu, Jean-François Beaulieu Maheux inscrivait un panier à trois points, annonciateur d’une soirée mouvementée pour les visiteurs. Prenant les devants par huit points au cours du premier quart, le Rouge et Or a fini la période avec une avance de six points, McGill ne devant son salut qu’à l’efficacité de son joueur-vedette, Mustapha El Zanaty.

La fin de la première demie a été à l’image du début de match des Lavallois. Sérieux en défense, appliqués en attaque et dominants aux rebonds, les protégés de Jacques Paiement Jr. ont fini le deuxième quart avec une avance de 21 points, 55 à 34, grâce, notamment, à deux paniers à trois points de la recrue Christian
Deslauriers-Trottier.

La suite de la rencontre sera tout autre pour les locaux. «J’aurais aimé qu’on soit plus tough en fin de troisième quart. Avec les troubles de fautes, ça a été un peu plus difficile», a commenté M. Paiement en fin de match. En effet, le réveil des Redmen et leur agressivité ont un peu surpris le Rouge et Or au retour des vestiaires. Mais la profondeur de l’effectif lavallois a eu raison de McGill. «Ils ont vraiment deux joueurs difficiles à arrêter. Mais comme ils n’ont pas beaucoup de profondeur sur le banc, on en a profité», a expliqué l’entraîneur-chef de Laval.

Malgré les frayeurs du troisième quart, le Rouge et Or a fini le match en beauté et s’est imposé 98 à 81. Les joueurs les plus utiles de la rencontre ont été Jean-François Beaulieu Maheux avec 19 points et six rebonds, Xavier Baribeau avec 18 points et six passes et Christian Deslauriers-Trottier avec
15 points.

Dans les rencontres se disputant samedi soir à Montréal, à nouveau contre McGill, les femmes se sont imposé 68 à 61, grâce à 24 points de Chanelle Saint-Amour, et les hommes sont venus à bout des Redmen, après prolongation,
100 à 90. François-Olivier Gagnon-Hébert a été le leader de l’équipe masculine avec 29 points et
11 rebonds.