Les Lavalloises ont complètement déclassé leurs adversaires et si la gardienne du Rouge et Or a peu touché au ballon, la pauvre Rebecca Yates des Lady Gaiters a été plus qu’occupée.

Caroline Collin a concrétisé les attaques du Rouge et Or, en inscrivant le premier but des siennes à la dixième minute. Deux minutes plus tard, c’est Kathleen Fournier-Slater qui est parvenue à faire trembler les filets. Par la suite, Virginie Jacques a réussi à marquer deux fois en première demie.
Jacques a d’ailleurs reçu le titre de joueuse du match avec une récolte de trois buts au total. Les autres buts ont été marqués par Marie-Michèle Vallée, respectivement à la 57e et à la 62e minutes, et par Renée-Claude Rioux. L’autre filet a été inscrit par les Lady Gaiters elles-mêmes.

L’entraîneur-chef, Hedler Duarte, a été lui aussi sans pitié dans ses commentaires après la rencontre. «On a des pratiques plus intenses que ça», a-t-il fait remarquer. Même si M. Duarte a précisé que Bishop’s est une petite université dont l’équipe est en reconstruction, il n’a jamais commandé à ses joueuses de lever le pied de l’accélérateur. Selon lui, le fait de ralentir aurait pu nuire à ses joueuses et leurs faire prendre de mauvaises habitudes. «On doit rester préparés aux équipes les plus fortes», a-t-il expliqué.

M. Duarte a également souligné que même si le pointage suggérait un match facile ou pénible, dépendamment du côté duquel on se trouve, la partie a donné lieu à plusieurs belles actions et à de jolis buts.
Les hommes subissent
tout un Impact
La partie amicale précédant le début de saison des hommes était disputée contre à l’Impact de Montréal. Ces derniers sont toujours en préparation pour leur quart de finale de la Ligue des champions de la CONCACAF se tenant le 25 février prochain au Stade Olympique.

En première demie, après quelques belles incursions offensives des deux côtés, c’est sans surprise que l’Impact de Montréal a ouvert la marque grâce au but du défenseur Stefano Pesoli. Eduardo Sebrango est venu en ajouter à la suite d’un superbe jeu des Montréalais, portant la marque à 2-0.

En deuxième demie, l’Impact a redoublé d’ardeur et malgré la ténacité des Lavallois, les Montréalais ont explosé en offensive. D’abord une solide frappe de Sebrango sur une passe précise de Braz, puis Fritzon, Sebrango encore, Grande, Mayard et Braz ont marqué dans un imparable roulement offensif de six buts en 21 minutes.

Samir Ghrib, l’entraîneur-chef de la formation Lavalloise, même s’il a considéré son équipe trop généreuse, a tenu à mentionner que ses objectifs étaient atteints. Lesquels étaient d’offrir une bonne opposition à l’Impact et de se situer par rapport au meilleur club professionnel au pays. M. Ghrib a tenu à souligner les conclusions positives que l’on pouvait tirer de cette rencontre. Premièrement, la visibilité que le match a pu donner au sport. L’entraîneur tient d’ailleurs a ce qu’un tel événement se répète et devienne une tradition à Québec. Deuxièmement, l’expérience que ses joueurs peuvent tirer à l’issue de la partie est positive et instructive. «Contre des clubs comme ceux-là, tu fais une erreur, tu payes, et aujourd’hui, c’était Noël», a illustré Samir Ghrib, tout en donnant le crédit au
Montréalais.

C’est aussi ce qu’a constaté Pascal Bragagnolo du Rouge et Or. Le jeune homme a mentionné que la partie avait été difficile physiquement, mais, malgré tout, une belle expérience. Le défenseur a d’ailleurs reçu le ballon en plein visage en première demie, restant étendu au sol pendant quelques minutes.

L’entraîneur-chef de l’Impact, John Limniatis, semblait lui aussi satisfait de la partie. «Je me fous du score, le but c’est de travailler physiquement pour progresser chaque jour et être prêts le 25 février prochain», a-t-il déclaré. M. Limniatis a dit avoir vu de belles choses et d’autres à corriger, c’était l’objectif de la rencontre pour son équipe.