L’Américaine Bethanie Mattek, qui a vaincu trois Canadiennes, dont deux Québécoises (Tétreault et Wozniak), cette semaine, touchait presque au trophée alors qu’elle remportait la première manche face à Petrova. En effet, elle avait une chance de briser le service de cette dernière à 4-4 en deuxième manche, ce qui lui aurait permis de servir pour le match.

Cependant, la Petrova à laquelle les amateurs de tennis sont habitués, celle qui possède un service dévastateur et une attitude de guerrière, s’est réveillée au bon moment, profitant de quelques erreurs banales de son adversaire pour égaliser le match à une manche de chaque côté. À partir de ce moment, rien ne pouvait plus l’arrêter. Elle a d’ailleurs conclu la manche décisive au compte de 6-1 en servant de véritables bombes, toutes au-delà de 165 km/h, à une Mattek qui ne semblait plus tenir la cadence.

«C’est une magnifique façon de terminer l’année. Je peux maintenant mettre ma raquette de côté», affirmait Petrova après sa victoire. La grande Russe de 26 ans a analysé son match en affirmant que le point tournant était sans aucun doute le moment où elle tirait de l’arrière 15-40 sur son service à 4-4 en deuxième manche. Impasse de laquelle elle a réussi à se sortir.

Quant à Mattek, qui disputait sa première finale dans un tournoi de la WTA et qui revenait à la compétition après deux mois d’absence en raison d’une blessure à la hanche, elle se disait évidemment satisfaite de sa semaine. Cependant, elle a affirmé ne pas s’être sentie à la hauteur du tennis qu’elle avait présenté tout au long de la semaine. «C’était un match difficile et je ne crois pas avoir très bien servi aujourd’hui. Nous avons toutes deux commis beaucoup d’erreurs. Je crois qu’elle a beaucoup mieux servi que moi», analysait-elle.

Les yeux tournés vers 2009
Pour Petrova, l’objectif principal pour la saison 2009 sera de retourner parmi les dix meilleures raquettes au monde. «Oui, je veux retourner dans le top 10. Mais j’aimerais aussi être numéro un et gagner des tournois du Grand Chelem.» Pour Mattek cependant, l’objectif est tout autre : «J’espère être à 100% l’an prochain. Je veux être en santé. Je n’aime pas me fixer des objectifs. Je désire simplement aller jouer et faire de mon mieux pour avoir les meilleurs résultats possible.»

Lorsque questionnées sur leur éventuel retour à Québec l’an prochain, Petrova et Mattek ont toutes deux répondu qu’elles aimeraient être de retour, mais qu’elles ne peuvent se prononcer car tout dépendra de leur forme physique. Puisque le Challenge Bell se jouera en septembre, tout de suite après l’US Open (le dernier de quatre tournois du Grand Chelem), et que toutes les joueuses jouent énormément avant ce tournoi majeur pour bien s’y préparer, aucune d’entre elles ne peut promettre qu’elle sera de retour dans la capitale.

Certains points semblaient cependant faire l’unanimité chez toutes les joueuses qui ont participé à cette 16e édition du Challenge Bell : Québec est une belle ville, l’organisation du tournoi est exceptionnelle et la foule est agréable. Cette année encore, ce sont plus de 21 000 spectateurs qui sont allés applaudir les prouesses de joueuses venues des quatre coins du monde.