L’entraîneur-chef du Rouge et Or, Bill McNeill, n’y est pas allé par quatre chemins pour commenter la rencontre. «Je suis satisfait de la victoire, mais pas content», a-il-déclaré en fin de match, pointant du doigt le manque de discipline de ses joueuses. «On les a gardées dans la partie à cause de notre manque de discipline. On a pris beaucoup de pénalités. On n’a pas su profité du
momentuum », ajoutait-il.

Pourtant c’est bien son équipe qui s’est imposée sur la marque de 20 à 5. Mais au contraire de la large victoire de la semaine dernière en terre montréalaise, les Lavalloises ont dû batailler dur pour l’emporter. Ce que souligne Bill McNeill, puisqu’il affirme que pour la première fois, son équipe a joué 80 minutes grâce au challenge proposé par McGill. L’agressivité et l’organisation tactique des Martlets ont donné du fil à retordre au Rouge et Or.

Après 10 minutes de jeu, Karine Marchand, joueuse de troisième ligne, a percé la défense des Martlets pour aplatir le ballon ovale dans la zone adverse. Mais la joie fut de courte durée, car après une bonne séquence offensive, les Montréalaises égalisaient, ramenant la marque à cinq partout.

Des essais de Claudiane Renaud et de Mackenzie Stairs donneront finalement la victoire au Rouge et Or. Bill McNeill a souligné le travail de ses avants, qui, selon lui, ont fait preuve d’une grande discipline sur les trois essais de son équipe.

Avec cette victoire, les Lavalloises sont vraiment considérées comme les grandes favorites de la conférence Québec. L’entraîneur-chef a toutefois souligné que dans cette rencontre, son équipe aura montré toutes les facettes de son jeu, le pire et le meilleur : «Lorsqu’elles ont été bonnes, elles ont été très, très bonnes. Mais quand elles ont été mauvaises, elles ont été très, très mauvaises.»