L’équipe d’athlétisme du Rouge et Or de l’Université Laval ne vise rien de moins que le championnat du côté masculin et féminin pour sa prochaine saison qui débutera par sa propre invitation samedi au PEPS.

« Le gros objectif cette année, c’est d’aller chercher les titres provinciaux autant chez les hommes que chez les femmes », a affirmé l’entraîneur-chef de l’équipe d’athlétisme Félix-Antoine Lapointe lors d’une conférence de presse tenue au PEPS jeudi matin.

Cet exploit, les représentants de l’Université Laval l’ont réussi en 2014. L’an dernier, les hommes ont remporté un deuxième titre consécutif. Toutefois, au même moment, le titre féminin s’est retrouvé en possession du Vert et Or de l’Université de Sherbrooke.

« On avait quelques athlètes blessées qui, au Championnat provincial, n’ont pas été capables de compétitionner ou de compétitionner à 100% de leurs capacités. Donc ça va être important de garder notre équipe en santé et d’éviter les blessures pour aspirer au titre provincial chez les femmes », a poursuivi Félix-Antoine Lapointe.

Sans Philibert-Thiboutot

L’entraîneur-chef se montre donc confiant de voir l’équipe masculine connaître du succès, et ce, malgré une première saison depuis longtemps sans le coureur vedette Charles Philibert-Thiboutot dans ses rangs.

« C’est sûr que c’est un gros morceau qui est parti. Ça ne sera pas un athlète qui va le remplacer, mais plusieurs athlètes qui vont aller chercher quelques points pour aller combler son départ. »

En demi-fond, il compte maintenant sur les Nicolas Morin, Antoine Thibeault, Jean-Samuel Lapointe et Alex Bussière pour prendre la relève.

« Ce sont quatre athlètes dominants en demi-fond. Il va falloir qu’ils en donnent un petit peu plus pour combler le départ de Charles », considère Félix-Antoine Lapointe.

Système de pointage

Par ailleurs, comparativement aux dernières années où, au niveau provincial, seuls les six premiers athlètes de chaque épreuve récoltaient des points, ce nombre augmentera à huit cette année.

Pour l’entraîneur-chef du Rouge et Or, qui voit les athlètes du Vert et Or comme les principaux rivaux autant au niveau masculin que féminin, il s’agit d’un élément qui pourrait faire une différence en faveur de son équipe.

« On pense que ça peut nous avantager parce que dans la majorité des épreuves on a une bonne profondeur. On a plusieurs athlètes qui sont compétitifs. »