Décidemment, les Stingers ont le numéro du Rouge et Or. Tombeuses du Rouge et Or l'an dernier en finale provinciale, l'équipe de l'Université Concordia a remis ça cette année en battant sa principale rivale. La déception se lisait sur le visage de Bill McNeil, l'entraîneur-chef de l'Université Laval. Rencontré dimanche après-midi, la poussière n'avait toujours pas eu le temps de retomber. «Trois gros oufs», voilà comment McNeil caractérise les trois défaites de la saison. «Nous étions de plus en plus proche. Charlotte (Vallières-Villeneuve) s'est échappée à la fin du match, mais elle a été rattrapée à six pouces de la ligne», indique-t-il en soupirant.

«Nous avons eu nos occasions, mais n'avons pu concrétiser.» L'entraîneur reconnaît aussi le travail acharné de ses protégées dans la défaite. «Un autre entraîneur que moi louangerait la progression de l'équipe.» En six ans d'existence, le Rouge et Or a eu son lot d'émotions fortes, atteignant le championnat canadien à deux reprises. Après la défaite, McNeil n'a rejeté la faute sur personne, ses explications n'illustraient que la déception. «J'ai oublié les uniformes à Québec. Mais j'ai réussi à trouver ceux de l'équipe du Québec. Les filles étaient tellement concentrées qu'elle n'ont même pas porté attention à cette erreur», a-t-il lancé en guise d'exemple. Conscient du talent de sa formation, l'entraîneur-chef a simplement conclu en affirmant que son équipe avait fait «un grand pas».

De leur côté, les Stingers représenteront la province du quatre au sept novembre prochain à l'occasion du championnat canadien à Peterborough en Ontario.