C’est devant plus de 110 000 personnes réunies dans les rues du Vieux-Québec que les athlètes ont dévalé la piste longue de 540 mètres. Christian Papillon, l’ancien athlète et maintenant directeur sportif des compétitions du Red Bull Crashed Ice décrit la piste de Québec comme étant très technique. «Je veux voir des pistes plus longues, plus demandantes physiquement», affirme le directeur sportif.

Grâce à sa victoire à Québec, Pihlainen a mis la main sur le titre de champion du monde 2011 du Red Bull Crashed Ice. Ce triomphe permet au Finlandais de recevoir les clés de la Mini Cooper 2011 remise au champion du monde. Tout au long de la fin de semaine, Pihlainen a démontré sa supériorité en remportant sans trop de difficulté la majorité de ses courses.

De son côté, Louis-Philippe Dumoulin, grand favori de la foule, tout au long de la soirée, était plus que satisfait de sa performance. «Je donnais tout ce que je pouvais à chaque course et cela a semblé fonctionner», a affirmé l’athlète de Blainville.

La seconde place de Dumoulin n’a toutefois pas été facile à obtenir. Kyle Croxall, qui se positionnait en seconde place au classement général espérait toujours pouvoir devancer Pihlainen pour s’emparer du titre de champion du monde. Toutefois, Croxall a dû se contenter d’une troisième position et du même coup conserver sa seconde place au classement général.

Des femmes plus que téméraires

Chez les femmes, la domination finlandaise s’est poursuivie. C’est Shalla Kyhala qui est montée sur la plus haute marche du podium. Comme pour les hommes, ce sont deux Canadiennes qui sont montés sur les deux autres marches du podium. Kerri Muir a terminé au second rang et Marquise Brisebois a complété le trio de médaillées.