Le 23 novembre prochain, le Stade Telus-Université Laval sera le théâtre de la grande finale canadienne de football : la Coupe Vanier. Champion en titre, le Rouge et Or ne connaît pas le début de saison souhaité pour répéter l’exploit de 2012 et aspirer aux grands honneurs. 

Pour une équipe dont le slogan est « La conquête de l’excellence », les joueurs de Glen Constantin ne connaissent pas un début de saison digne des champions de la Coupe Vanier 2012. Même s’ils ont gagné leurs trois premiers matchs de la saison, personne n’est content de la façon dont ces victoires ont été obtenues et à chaque fois, les entraîneurs ont tenu sensiblement le même discours après les matchs : « On est satisfait de la victoire, mais pas de la performance. On a beaucoup de travail, car on a manqué d’opportunisme et de rythme », avait dit Glen Constantin à la suite du premier match contre McGill.

Une offensive inconstante 

Dirigée par le coordonnateur Justin Éthier qui a fait un retour avec l’équipe au courant de la saison 2012, l’unité offensive est celle qui semble la moins efficace en ce moment. Pas qu’elle ne soit pas dominante, mais lors des trois premiers matchs, Tristan Grenon n’a pas été à la hauteur de la performance de la saison précédente. Depuis le début de la saison, il n’a complété en moyenne que 50,7 % des passes qu’il a lancées, dont une seule pour un touché. Il a aussi été victime d’une interception. Constantin et Éthier ont même été jusqu’à retirer Grenon du match contre Acadia : « Ce n’est pas seulement Tristan qui est à blâmer. Le problème est collectif », avait alors dit Justin Éthier pour expliquer le retrait de son quart-arrière partant.

Bien que ce ne soit pas une excuse, il manque quand même quelques soldats à l’attaque. Le receveur de passes Matthew Norzil ratera le reste de la saison à cause d’une blessure au genou et le joueur de ligne offensive Danny Groulx a raté les premières rencontres pour des raisons académiques. Pour remplacer Norzil, Constantin et Éthier n’ont pas hésité à faire appel à l’ancien des Élans de Garneau Félix Lechasseur, qui impressionne avec 100 verges et un touché en deux rencontres. Jason Lauzon-Séguin remplit lui aussi très bien les souliers de Groulx sur la ligne offensive, si bien qu’il a été employé contre Acadia même si Danny Groulx était éligible à un retour au jeu.

Une défensive amochée 

Déjà privé de Arnaud Gascon-Nadon et de Frédéric Plessius, tous deux ayant quitté pour les rangs professionnels, le coordonnateur défensif Marc Fortier doit faire appel à toute la profondeur disponible pour arriver à envoyer une unité compétitive sur le terrain.

À chaque match, des joueurs doivent quitter en raison de blessures souvent sérieuses. Contre Acadia, Laval a dû finir sans Abel Boucher, Edward Godin-Gosselin, Lucas Ricard, et Pierre-Olivier Maltais.

Au moins, Marc Fortier peut tout de même compter sur des joueurs comme Vincent Desloges, qui a pratiquement une moyenne de deux sacs du quart par match, Brandon Tennant, qui frappe tout ce qui bouge, et Maximilien Ducap qui a inscrit un touché sur un retour d’interception lors du premier match contre l’Université McGill. D’autres joueurs, comme Vincent Plante et Christopher Lavaud, sont aussi des rouages importants de l’unité défensive.

Des unités spéciales imparfaites, mais fonctionnelles 

Pour les unités spéciales, l’acteur principal Boris Bédé est en forme cette année et se devra d’être au sommet de son art. Mis à part quelques petites difficultés lors du match en Nouvelle-Écosse, le botteur français a été un élément clé dans la bataille du positionnement sur le terrain, repoussant l’équipe adverse très loin dans son territoire. Il a particulièrement été dominant lors de la rencontre à Sherbrooke contre le Vert et Or.

L’autre facette de cette bataille du positionnement est l’importance des retours de bottés. Guillaume Rioux, principal retourneur employé par Glen Constantin et Mathieu Bertrand, devra mieux performer avec une moyenne de 7,75 verges sur les bottés de dégagement. Il devra aussi améliorer quelque peu ses retours de bottés d’envoi avec une moyenne de 21,3 verges par tentative.

Avec cinq rencontres à disputer au calendrier régulier dont deux contre leurs grands rivaux de l’Université de Montréal, le Rouge et Or ne peut pas se permettre d’offrir des performances de la sorte s’il souhaite défendre son titre de champion canadien devant ses partisans le 23 novembre prochain.