Le vent mordant qui balayait le stade du Peps n'a pas refroidi les ardeurs des deux équipes, qui se sont livrées une chaude lutte. Le botteur du Rouge et Or, Christopher Milo, a marqué tous les points de son équipe. Le joueur de quatrième année a d'ailleurs été nommé joueur du match.

Les défensives des deux équipes ont été très solides. Le seul touché du match a été marqué d'une combinaison de gros jeux réalisés par les Mustangs. Nick Shuster a intercepté une passe de Bruno Prud'homme. N'allant nul part, Western a été forcé de dégager. Darryl Wheeler est ensuite parvenu à récupérer le ballon sur son botter de dégagement. Jerimy Hipperson a rapproché les siens de la zone des buts avec une belle course. Peu après, un hors-jeu défensif a redonné trois autres essais aux Mustangs. Ian Noble, le quart-arrière substitut, s'est alors faufilé jusque dans la zone des buts, portant la marque à 8 à 6 pour Western Ontario.

De justesse
Tirant de l'arrière par la marque de 13 à 11 en fin de match, les Mustangs bénéficiaient d'une dernière chance pour frapper. Avec un fort vent soufflant en sens inverse, Lirim Hajrullahu devait botter le ballon entre les poteaux jaunes, à 46 verges, pour donner la victoire aux siens. La tentative a été ratée, donnant la victoire au Rouge et Or.

Un manque de finition
«Nous avons manqué de finition, une chance qu'on avait le (numéro) 19», a expliqué Mathieu Picard en regardant vers Christopher Milo. «C'est un cliché, mais les bonnes équipes trouvent le moyen de gagner. Nous avons montré beaucoup de caractère en revenant de l'arrière», a commenté le botteur en donnant beaucoup de mérite à la défensive de son équipe.

«Les deux défensives ont été incroyables. Je suis fier de mon équipe, mais nous n'avons pas fait les gros jeux», a décrit Greg Marshall, l'entraîneur-chef des Mustangs. Un constat qui ressemble un peu à celui des entraîneurs du Rouge et Or: «Je suis extrêmement fier, nous avons bien bougé le ballon, mais dans un match comme celui-là, il faut prendre des sept points, pas des trois», a commenté Marco Iadeluca, le coordonnateur offensif lavallois.

Il faudra éviter les distractions
Certes satisfaits, les artisans de la victoire regardaient déjà vers le prochain affrontement, la finale de la Coupe Vanier disputée à Québec le 27 novembre prochain. «Les séries, c'est fragile. Il faudra éviter les distractions et rester concentrés», a soutenu Glen Constantin, l'entraîneur-chef du Rouge et Or. Pour Marc-Antoine Beaudoin-Cloutier, un joueur de ligne défensive de 5e année, l'opportunité de terminer sa carrière à la maison lors de la finale de la Coupe Vanier est inestimable. «La culture de victoire, ça se cultive, nous avons déjà vécu l'adversité et avons appris du passé.» Selon lui, son équipe devra rester dans sa routine et éviter les distractions que peuvent amener la Coupe Vanier à Québec, comme les médias qui seront présents en grand nombre.

Le Rouge et Or affrontera les Dinos de Calgary, qui ont battu les Huskies de St-Mary's 35 à 8, samedi dernier à Calgary. Les dinosaures sont menés par Erik Glavic, un quart-arrière deux fois récipiendaire du trophée Hec Crighton, remis au joueur par excellence au Canada. Ce dernier a complété 14 de ses 23 passes en fin de semaine pour 225 verges de gain et ce, sans être intercepté. Rappelons que Calgary a perdu aux mains des Gaels en finale canadienne l'an dernier.

Le quart-arrière du Rouge et Or, Bruno Prud'homme, a été sonné à la fin du quatrième quart lorsqu’il a été plaqué par Adrian Kaiser. Son substitut, Tristan Grenon, a terminé la rencontre. Plusieurs joueurs lavallois ont été incommodés par des blessures, ce qui n'inquiète pas outre mesure l'entraîneur-chef, Glen Constantin: «peu importe, nous allons nous retrousser les manches et jouer avec les 45 joueurs disponibles».