Le match de vendredi contre les Huskies a été marqué par l’indiscipline pour les deux équipes avec un total de 14 infractions et de quatre buts combinés en avantage numérique. Les Remparts l’ont finalement emporté 7 à 3. Malgré ce résultat, les visiteurs avaient rapidement pris les devants 2-0 jusqu’au milieu de la première période. Avec cinq minutes à jouer, Québec y est allé d’une avalanche de buts pour retraiter au vestiaire avec les devants. Au deuxième tiers, les deux équipes se sont échangées un but. Celui des Huskies en avantage numérique avec Denis Kamaev et Anthony Duclair est venu répliquer pour son équipe. Avec un pointage aussi serré, les diables rouges n’ont pas eu le choix que d’en donner plus et ont inscrit trois buts, dont deux dans un délai de 36 secondes par Werthner et Comptois pour s’assurer de la victoire. Louis Domingue a repoussé 16 lancers pour Québec.

Dans le deuxième volet contre l’Abitibi, les Remparts ont malmené les Foreurs de Val-d’Or avec 41 tirs et trois buts en avantage numérique pour gagner 6-4. Pour cette rencontre, Patrick Roy faisait confiance à son gardien substitut François Brassard. Mathieu Lavallée, Anthony Duclair et Jérémie Maloin ont rapidement pris les choses en main, si bien qu’après vingt minutes, c’était 3-1 pour Québec. Par la suite, les Foreurs sont tombés dans l’indiscipline et les Remparts en ont profité. Trois des quatre buts des remparts en deuxième et troisième période ont été marqués avec l’avantage d’un homme. Frédérick Roy avec trois passes et Mikhail Grigorenko avec un but et deux assistances ont fort bien fait pour Québec. Dans la défaite, l’ailier Mathieu Guertin avec trois mentions d’aide a aussi bien paru et malgré six buts accordés, le gardien François Tremblay a repoussé 35 tirs.

Il ne reste que trois rencontres pour les Remparts avant le congé des fêtes. Ils seront à Baie-Comeau ce soir et recevront le Rocket de l’Île-du-Prince-Édouard et Acadie-Bathurst vendredi et dimanche respectivement.

Crédit photo : Courtoisie, Flickr, riclaf, creative commons