Un endroit pour que les fans s’informent, échangent et tripent : c’est ce en quoi consiste Rouge et Or Football, un groupe privé Facebook qui compte plus de 1800 abonnés. Impact Campus a rencontré Soraya El Gourimi, une ancienne de l’Université Laval qui anime cette « extension des gradins et de l’ambiance qui y règne ».

« Je trouvais cela aberrant qu’il n’y ait pas d’espace pour que les fans de l’équipe puissent interagir en dehors des matchs. Une équipe championne mérite pourtant cela », lance d’emblée Soraya El Gourimi, une supporter de la première heure du Rouge et Or. C’est pourquoi l’ingénieure de 40 ans, qui a gradué de l’Université Laval en 2002, a décidé de mettre sur pied une adresse pour pallier à ce problème. C’était il y a deux ans.

Aujourd’hui, ce qui est devenu le groupe privé Rouge et Or Football compte plus de 1800 abonnés. Parmi ceux-ci, des fans, certes. Mais aussi des journalistes qui s’abreuvent des revues de presse fréquentes, des anciens joueurs qui viennent y chercher les plus récentes informations sur l’équipe ainsi que des parents de joueurs qui viennent s’y rassurer. Même des joueurs de l’édition actuelle y sont inscrits !

« Malgré les consignes qu’ils reçoivent de l’état-major du Rouge et Or, nous savons que les joueurs sont à l’écoute, qu’ils lisent les commentaires de la communauté. Le but est de leur rappeler que nous sommes fiers d’eux, peu importe leurs résultats. […] Il n’y pas de place pour le dénigrement gratuit », explique celle qui publie des contenus frais plusieurs fois par jour. Selon elle, le groupe est venu combler le vide laissé par la disparition du défunt blogue Rouge et Or Mania, tenu par Jean Nadeau.

Prédictions

La cuisante défaite du Rouge et Or en match présaison aux mains des Thunderbirds de UBC samedi dernier au stade TELUS-UL l’inquiète-t-elle ? « Je ne pense que ce soit un match sur lequel il faut baser ses prédictions, lance-t-elle. Le Rouge et Or a essayé plusieurs combinaisons, dont plusieurs ne semblent pas avoir fonctionné. Ça sert à ça un match présaison. »

Elle poursuit : « Samedi prochain, face aux Carabins de l’Université de Montréal, nous verrons une autre équipe sur le terrain. » Et, sans parler de saison parfaite, elle est confiante que le Rouge et Or renouera avec la gloire et l’excellence. « Avec notre recrutement qui se déroule à l’année longue, on peut gagner pendant les dix prochaines années. Nous ne sommes pas sur une pente descendante, bien au contraire. »

Une chose est certaine, conclut-elle : « On n’entendra plus parler de parité dans le réseau universitaire québécois ! »