L’équipe masculine de volleyball du Rouge et Or a bien failli se faire surprendre par les Carabins de l’Université de Montréal en finale provinciale. Toutefois, les protégés de Pascal Clément ont su terminer le boulot pour acquérir un 8e titre consécutif.

Raphaël Bergeron-Gosselin

Photo: Claudy Rivard

Photo: Claudy Rivard

En remportant le premier match de la série la semaine dernière, le Rouge et Or prenait un net avantage sur le titre de champion québécois. Les Carabins n’ont toutefois pas abandonné et ont offert une excellente opposition lors des deux rencontres qui ont suivi.

Vendredi soir, les Montréalais accueillaient les favoris au CEPSUM. Ce que personne ne croyait possible s’est produit, les Carabins ont vaincu le Rouge et Or en 3 manches. La série de victoires du Rouge et Or dans le circuit du RSEQ s’est donc arrêtée à100.

Il s’agissait de la première fois depuis 2006 que le Rouge et Or devait disputer un match ultime en finale provinciale. La tension se faisait sentir, malgré que les deux équipes étaient assurées de pouvoir se présenter au championnat canadien.

La rencontre a bien mal débuté pour les locaux qui ont échappé la première manche 25-17, mais ils ont su se rattraper en remportant la seconde par le même pointage. Après avoir remporté la 3e manche en se donnant ainsi une option sur la partie, les Bleus sont revenus de l’arrière pour créer l’égalité et forcer la présentation d’une manche ultime. Les partisans présents ont eu droit à tout un spectacle alors que les deux équipes s’échangeaient les devants. Ce sont finalement les locaux qui l’ont emporté au compte de 15-13.

Visiblement étonné, l’entraîneurchef du Rouge et Or, Pascal Clément, ne camouflait pas la difficulté éprouvée par ses joueurs à gérer la situation. « On s’est laissé surprendre. Ça a changé notre état d’esprit en l’espace d’un clin d’œil, comme lors d’un accident d’automobile. Les joueurs ont eu besoin d’aller puiser dans leurs ressources pour contrôler l’agressivité et la frustration tout en gardant le focus sur la tâche à accomplir », a-t-il expliqué.

Cette intense finale aura toutefois été positive pour son équipe selon Clément. «On a souvent pointé du doigt, au cours des 10 dernières années, le manque d’intensité avant le championnat canadien, pour mieux nous mettre dans le bain. Cette fois-ci, ça n’a pas été le cas. Il faut maintenant se libérer de tout ça, car c’est derrière nous. Il faut profiter des sept prochains jours », a avoué l’entraîneur.