Sans surprise, le Final Four de la fin de semaine dernière a donné lieu à tout un spectacle. Les Cardinals de Louisville et les Wolverines de Michigan ont vaincu respectivement les Shockers de Wichita State et le Orange de Syracuse, pour se tailler une place en finale du championnat national de basketball universitaire américain.

Sébastien Desrosiers

Les Cardinals, dans le match les opposant aux Shockers, jouaient à peine une semaine après avoir perdu leur coéquipier Kevin Ware à la suite d’une blessure que certains ont qualifié de l’évènement le plus choquant jamais vu à la télévision. La vidéo du joueur de Louisville se fracturant la jambe devant le banc de son équipe a vite fait le tour d’Internet. L’histoire est devenue une source de motivation pour ses coéquipiers et son entraîneur Rick Pitino. Une fois de plus derrière les prouesses de Russ Smith, qui a cumulé 21 points dans le match, les Cardinals n’ont pas déçu et ont comblé leur plus gros déficit du tournoi en deuxième demie pour se sauver avec la victoire par la marque de 72-68. Ils peuvent également remercier Luke Hancock, un joueur de banc, qui a fourni une étincelle et a inscrit 20 points dans la victoire. Wichita State n’était que la cinquième équipe dans l’histoire du tournoi à atteindre le Final Four après avoir été semé neuvième ou plus haut par le comité de sélection.

Dans l’autre rencontre de demi-finale, les Wolverines sont venus à bout de la défensive suffocante du Orange, et ce, malgré une mauvaise soirée pour leur joueur vedette et joueur de l’année aux États-Unis, Trey Burke. Le centre Mitch McGary continue d’impressionner dans le tournoi, avec une récolte de 10 points et 12 rebonds. C’est finalement la faute offensive commise par Brandon Triche ( SYR ) sur Jordan Morgan ( MICH ), avec 19,2 secondes à faire à la rencontre, qui a scellé le sort de Syracuse. La troupe de John Beilein atteint donc la finale nationale pour la première fois depuis 1993.

Faits saillants du tournoi

À l’instar de la saison 2012-2013, la grande danse du mois de mars a été pour le moins imprévisible. Avec l’écroulement des favoris comme Indiana et Gonzaga, en plus des victoires surprises des universités Harvard et Florida Gulf Coast par exemple, plusieurs amateurs de basketball universitaire ont été forcés de mettre à la poubelle leur feuille de prédictions assez tôt.

On se souviendra de l’édition 2013 du March Madness particulièrement pour la blessure subie par Kevin Ware, mais aussi pour avoir prouvé, encore une fois, que plus on en connait sur le basketball de la NCAA, moins on a de succès dans nos « pools » ; il ne faut pas toujours se fier à la saison régulière.

Prédiction

Au moment de mettre sous presse, la finale du tournoi n’avait pas encore été jouée. C’est pourquoi je me permets de vous dévoiler qui est mon choix pour l’emporter, et il s’agit des Cardinals de l’Université Louisville. Leur jeu inspiré, leur défensive harcelante et leur expérience sont tous des facteurs qui devraient les mener à la victoire face aux Wolverines de l’Université Michigan.

Mais, encore une fois, je pourrais me tromper…