Peut-être ne l’avez-vous pas remarqué avec la tempête de neige de cette fin de semaine, mais la saison de baseball des ligues majeures est bel et bien commencée depuis 2 semaines. Bien qu’il soit encore tôt pour porter des conclusions, aujourd’hui nous nous prêtons au jeu des observations et des analyses en cet embryonnaire début de saison.

Denis-Michel Thibault

Courtoisie : Wikimedia commons

Courtoisie : Wikimedia commons

Comment commencer sans parler de la belle séquence des Braves d’Atlanta. Les hommes de Fredi González sont littéralement en feu. En date de lundi après-midi, les Braves ont une fiche de 11 victoires et 1 défaite, pour le meilleur dossier des ligues majeures. Justin Upton, le nouveau venu via une transaction durant l’hiver, est en train de tout casser avec ses 7 circuits, 11 points produits et une plus qu’acceptable moyenne de .348.

Il serait difficile de ne pas parler des brillantes performances des A’s d’Oakland. Serions-nous en train d’assister à un nouveau miracle de Billy Beane ? Assurément trop tôt pour l’affirmer, mais la concession de la côte ouest est en train de surprendre tout le monde. Menés par un groupe de voltigeurs sous-évalués, les A’s accumulent une fiche de 9 victoires et 4 défaites.

Ceux qui tardent à commencer

Au début de la saison, il y avait de très grandes attentes sur les épaules de John Gibbons et les Blues Jays. Jose Reyes, Josh Johnson, Mark Buehrle, Emilio Bonifacio et R.A. Dickey s’amenaient via des transactions alors que l’on signait Melky Cabrera à coup de gros sous. Ces joueurs étaient supposés se joindre à Jose Bautista, Brett Lawrie, Edwin Encarnacíon, Brandon Morrow et J.P. Arencibia afin de former l’une des meilleures formations des ligues majeures… du moins sur papier. La mouture tarde à prendre dans la capitale ontarienne alors que R.A. Dickey commençait la saison avec 2 défaites consécutives. En date de lundi, les oiseaux bleus ont une fiche de 5 victoires et 7 défaites. Rien n’est perdu pour les Jays, mais ils devront assurément en donner plus que cela s’ils veulent répéter les exploits de 1992 et 1993. À noter que les Jays devaient composer avec l’absence de Brett Lawrie, qui est présentement en réhabilitation suite à une blessure au niveau AA, et devront faire sans leur nouvelle sensation Jose Reyes qui s’est gravement blessé à la cheville. La durée de son absence est incertaine, mais on entend entre les branches que celle-ci pourrait aller jusqu’à la pause du match des étoiles.

Autre équipe, même division, les Rays de Tampa Bay sont l’une des déceptions de l’année. Ceux que l’on voyait déjà batailler pour une place en série avec les Blue Jays n’ont qu’une maigre fiche de 4 victoires et 7 défaites et croupissent au dernier rang de la division. Ne vendons pas la peau de la raie avant de l’avoir tué me direz-vous, mais reste qu’eux aussi devront remédier à la situation s’ils ne veulent pas voir leur saison finir en queue de poisson ( alerte aux jeux de mots ).

Mais la déception de l’année sont les Angels de Los Angeles. Verrons-nous Mike Scoscia être congédié le premier cette année? L’an dernier, les Angels avaient signé Albert Pujols et C.J. Wilson pour des sommes importantes. Cette année, ce fut le tour de Josh Hamilton et Tommy Hanson de s’amener dans la ville du cinéma. Malgré l’explosion du joueur de champ extérieur, Mike Trout, les Anges avaient raté de peu les séries éliminatoires. Bien décidé à ne pas répéter l’histoire, les Angels devaient et doivent encore à tout prix gagner cette année. Les propriétaires ont investi de grosses sommes sur les joueurs et attendent bien évidemment un retour sur leurs investissements. La perte de Jered Weaver, l’un des meilleurs lanceurs des ligues majeures, pour cause de blessure sera difficile à pallier, mais il serait tout de même temps que les Angels sortent les gros canons.