La quatrième édition de la course dans la Vieille Capitale a été un vif succès vendredi dernier, alors que des milliers de spectateurs sont venus assister à la victoire du Néerlendais Robert Gesink.

Certains des meilleurs cyclistes au monde ont participé à la course dans les rues du Vieux Québec le 13 septembre. Parmi eux se trouvait le plus récent vainqueur du Tour de France, Christopher Froome, ainsi que d’anciens champions de la Grande Boucle : Alberto Contador ( 2007, 2009 ) et Andy Shleck ( 2010 ). De quoi attirer les amateurs de cyclisme. C’est pourtant Robert Gesink qui s’est imposé à Québec. Déjà vainqueur à Montréal il y a trois ans, il est devenu le premier coureur à avoir remporté les deux épreuves canadiennes du
WorldTour. Le favori Peter Sagan a quant à lui pris le 10e rang au fil d’arrivée sur la Grande-Allée, avant de l’emporter à Montréal dimanche.

La grande foule a amené son lot de problèmes de circulation, mais a certainement ravi les organisateurs. 250 000 spectateurs avaient assisté aux deux épreuves l’an dernier selon eux, chiffre qui aurait augmenté semble-t-il ( le nombre officiel n’est pas encore connu ). Le maire de Québec, Régis Labeaume, a quant à lui laissé entendre que le Grand prix pourrait être déplacé la fin de semaine en raison des modifications à la circulation.

Dernier tour de piste pour David Veilleux

Le cycliste de Cap-Rouge a annoncé sa retraite la semaine dernière. Il a confié vouloir poursuivre ses études à temps plein en génie mécanique à l’Université Laval. La nouvelle constitue une surprise en quelque sorte, compte tenu du succès que Veilleux a connu au cours des derniers mois. Après avoir porté le maillot de meneur au Critérium du Dauphiné, il est devenu le premier Québécois à participer au Tour de France. À sa façon, il a permis au cyclisme de regagner en popularité au Québec.

Les grands prix cyclistes de Québec et de Montréal étaient donc la dernière chance pour les amateurs locaux de le voir à l’œuvre. Malgré deux abandons en deux courses, Veilleux s’est dit sans regret. Qui sait, peut-être le reverrons-nous en action dans la région à un niveau moins compétitif.