Peu menacé depuis le début de la saison, le Rouge et Or a eu maille à partir avec les Stingers de Concordia, mais s’en est quand même bien sorti avec une victoire de 32-16 dimanche au stade TELUS-Université Laval.

Pour la troupe de Glen Constantin, il s’agit de la meilleure opposition rencontrée en 2014. En dépit de la menace, elle demeure malgré tout invaincue en 5 matchs.

Contrairement aux matchs précédents, il n’y a pas eu de massacre ou de rouleau compresseur au premier quart. Hugo Richard a couronné une poussée au sol de Maxime Boutin en franchissant lui-même la verge manquante pour traverser la ligne des buts. Laval a dominé la bataille du positionnement sur le terrain, si bien que les Stingers ont dû accorder un touché de sûreté pour augmenter l’avance lavalloise à 9-0.

Après la deuxième interception contre Hugo Richard en 2014, l’offensive lavalloise s’est remise au travail avec une poussée orchestrée par trois receveurs. Richard a lui-même complété le jeu au sol sur une distance de six verges pour faire 16-0 Laval à la mi-temps.

La deuxième demie fut un peu plus surprenante. Après une passe captée sur 25 verges par Félix-Faubert Lussier pour un majeur et un deuxième touché de sûreté accordé par Concordia, les Stingers se sont réveillés. À la fin du troisième quart, le botteur Keegan Trealor a réalisé un placement de 30 verges. Puis le quart-arrière Colin Sequera s’est faufilé sur une verge en plus de lancer sur deux verges à Daniel Skube, orchestrant une poussée de 13 points au dernier quart seulement.

Avant ces soubresauts des visiteurs, le porteur lavallois Maxime Boutin a marqué un touché avec une course d’une verge, couronnant une excellente rencontre avec 22 courses pour 109 verges.

Satisfait dans la défaite

L’entraîneur-chef des Stingers Mickey Donovan n’avait pas du tout l’air déçu après le match. Il semblait très satisfait de la performance de ses joueurs : « Nous voulions jouer 60 minutes et c’est ce que nous avons fait. Nous devons apprendre de nos erreurs et travailler sur les petites choses qu’on peut arranger ».

Le quart-arrière partant François Dessureault n’a pas joué longtemps, légèrement blessé après un dur contact avec Edward Godin du Rouge et Or. « François aurait pu continuer à jouer. On ne voulait pas risquer d’aggraver sa situation. Colin Sequeira l’a relevé et a très bien fait », a expliqué Donovan.

Une semaine de relâche qui arrive à point

La semaine prochaine, le Rouge et Or fait relâche de match. Les joueurs auront deux pratiques mercredi et jeudi, mais pourront profiter d’une bonne semaine de repos, la bye week. Cette courte trêve arrive au bon moment pour les joueurs qui pourront bien entendu récupérer, mais aussi soigner quelques bobos.

Chez les blessés, notons le porteur de ballon Guillaume Bourassa (ischiojambier), le joueur de ligne offensive Danny Groulx (cheville) et le joueur de ligne défensive Brandon Tennant (orteil). Sans espérer un retour de tout le monde, Glen Constantin pourrait bien revoir quelques gros noms de retour au jeu lors du prochain match dans deux semaines.

Un bilan de « mi-saison » positif

Selon Glen Constantin, le point le plus positif à retenir, c’est la constance de l’unité offensive de Justin Éthier. Le coordonnateur offensif a vanté le calme du jeune pivot offensif : « Il démontre de bonnes choses. Je suis particulièrement content de sa réaction après un mauvais jeu ou un revirement. Sa confiance ne s’ébranle pas ».

Il ne reste que trois matchs à la saison régulière. Le Rouge et Or recevra Bishop’s dans deux semaines, puis visitera McGill le 24 octobre. L’équipe terminera son calendrier à Montréal dans l’hostile CEPSUM le 1er novembre.


Football_-34

PARTISANS DU ROUGE ET OR : FIERS ET SANS RANCUNE

« Les fans du Rouge et Or sont des psychopathes » : voici en substance les paroles humiliantes adressées aux partisans lavallois par le journaliste Charles-André Marchand, désormais ex-descripteur des matchs des Alouettes de Montréal à la radio. Dans son billet de blogue incendiaire de six pages, il a aussi déclaré : « Ces gens-là n’aiment pas vraiment le football, ils aiment une équipe qui gagne contre celles de la grande ville qu’ils détestent avec passion ».

Sans commenter ces propos virulents, les membres du Booster Club, le fan-club officiel du Rouge et Or, ont tenu à prouver à monsieur Marchand qu’être partisan à Laval veut avant tout dire rassemblement et fierté. « Les gens qui sont ici, c’est comme une seconde famille. Y’en a qu’on ne voit pas en dehors d’ici. Le Booster club c’est le cœur des fans du Rouge et Or », affirme le très enthousiaste Benoit Gagnon.

Son collègue Fabien Labé poursuit : « Je trouve ça important d’encourager les athlètes du Rouge et Or. Ce sont avant tout des étudiants. Comme Glen Constantin le dit toujours, ils forment des individus avant des joueurs de football ».

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les partisans des équipes adverses sont plus que les bienvenus. « À chaque fois qu’on voit des partisans des autres équipes, on jase avec eux. On a même déjà fait des tailgates conjoints avec des équipes adverses. C’est de la saine compétition et c’est super ! », s’exclame Fabien Labé.

Il ne reste qu’un seul match local au calendrier régulier du Rouge et Or. Il aura lieu le 19 octobre contre les Gaiters de Bishop’s.