Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/forge/impactcampus.ca/wp-content/plugins/adrotate-pro/adrotate-output.php on line 690

La formation masculine de volleyball du Rouge et Or a obtenu son laissez-passer pour le Championnat universitaire canadien qui se tiendra du 17 au 19 mars à Edmonton. La victoire en trois sets face aux Carabins de Montréal, samedi soir au PEPS, a permis à la troupe de l’entraîneur-chef Pascal Clément de remporter un 12e titre québécois consécutif.

Les représentants de l’Université Laval, qui ont remporté le premier affrontement de cette finale québécoise, ont manqué leur chance de balayer les Carabins vendredi soir alors qu’ils étaient de passage à Montréal.

Une troisième et ultime rencontre entre les deux clubs a donc été nécessaire afin de déterminer qui obtiendrait une place au Championnat universitaire canadien. Une occasion que les protégés de Pascal Clément n’ont pas manquée.

« C’est sûr qu’on aurait aimé finir ça [vendredi] soir, mais on va le prendre. Un 3 à 0, ça close bien. On est toujours contents de venir jouer à la maison. Tu sais que tu as les partisans derrière toi. C’est un environnement que tu connais, en termes de terrain et d’espace de jeu », confie le capitaine de la formation, Vincent Thibault-Bernier, qui en est à sa dernière année d’éligibilité.

Une victoire plus que satisfaisante pour Clément, qui se dit toujours que la statistique va finir par jouer contre son groupe. Cette année, la chance a souri à l’entraîneur-chef, qui est à la barre du club depuis 25 ans.

« On se met beaucoup de pression. C’était un soulagement d’en avoir gagné encore un autre et d’avoir repoussé la limite, d’avoir relevé un défi contre une équipe de très bonne qualité, qui nous talonne depuis quelques années », lance le pilote des Lavallois, qui a remporté son 22e titre québécois.

Rencontre émotive

Le match de samedi soir était le dernier tour de piste du capitaine Vincent Thibault-Bernier et de l’attaquant d’impact Bruno Lortie. Un match plutôt émotif pour les deux finissants qui ne pouvaient pas imaginer finir leur carrière universitaire avec une défaite devant leurs partisans.

Pour Pascal Clément, il n’y avait pas de meilleure façon de boucler « la boucle des glorieux qui ont gagné en 2013 ». Pour ce faire, Thibault-Bernier aimerait ajouter un titre canadien à sa fiche.

« Des fois, tu as des petites erreurs de parcours, il faut que tu en ressortes. Je pense qu’on a assez de talents », illustre-t-il.

Une chose est certaine : peu importe l’issue des prochaines rencontres, le capitaine terminera sa carrière avec des souvenirs impérissables.

Briller à domicile

Le Rouge et Or a commencé la rencontre en force en alignant pas moins de quatre points sans réplique. Son adversaire ne s’est toutefois pas avoué vaincu et a livré toute une bataille au long de ce set. Au temps mort technique, le tableau indiquait 16-13 en faveur de l’équipe locale. C’est une puissante frappe de Vincente Ignacio Parraguire Villabos qui a percé la défensive et permis aux rouges d’inscrire le 25e point, alors que Montréal s’approchait dangereusement de Québec.

Le début de la deuxième manche a semblé être un copié-collé de la première. Toutefois, les Montréalais ont contenu l’attaque Rouge et Or, ce qui leur a permis de demeurer dans le match. Si bien que la marque était égale après quelques minutes de jeu. Les rouges se sont finalement distancés de leurs adversaires pour remporter ce set sur un autre beau jeu de Vicho.

Les protégés de Pascal Clément ont semblé tout en contrôle à l’aube du troisième engagement. Quelques échanges plus tard, le Rouge et Or avait déjà pris les devants 11-5. Animés par l’énergie du désespoir, les Carabins ont connu une bonne séquence offensive pour porter la marque à 12-9. Le pointage a été serré jusqu’à la toute fin, mais ce sont finalement les favoris qui ont mis la main sur la manche et, par le fait même, la rencontre.

« Le match n’était pas gagné d’avance du tout, soutient l’entraîneur-chef. C’est une équipe qui joue très bien au bloc qui nous sert très bien. Honnêtement, on avait un groupe passablement éclopé comme ça arrive souvent dans les playoffs. Les gars se font rentrer dans les bandes. »

Sytème de jeu adapté

Cette réalité, le Rouge et Or la vit depuis janvier. Un défi pour le groupe d’entraîneurs qui est habitué de « régler ça comme une horloge ». Des ajustements dans l’alignement? Les coachs y étaient abonnés. Toutefois, Pascal Clément assure que tout est derrière eux et que son groupe est maintenant prêt pour le Championnat universitaire canadien.

« Tous ces joueurs-là, presque sans exception, ont vécu les grands événements. La pression pour les gros matchs, il faut tranquillement pas vite apprendre à la gérer et entrer dans notre bulle, notre zone de confort », dit-il.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/forge/impactcampus.ca/wp-content/plugins/adrotate-pro/adrotate-output.php on line 651