L’équipe de ski de fond du Rouge et Or s’apprête à relever un défi de taille : celui de faire fi du décalage horaire et des conditions climatiques du Yukon pour grimper sur le podium à l’occasion du Championnat canadien qui y sera présenté le 19 mars.

« C’est comme n’importe quel autre championnat canadien. La seule différence, c’est qu’on va avoir un gros décalage horaire de trois heures. Mais, je pense que, pour les athlètes, ce n’est pas un gros problème. Déjà, ils se couchent tard avec les études », a indiqué l’entraîneur-chef Luc Germain en entrevue avec Impact Campus.

N’empêche que pour atteindre l’objectif fixé de terminer parmi les trois meilleures universités au pays, les quatre gars et trois filles du Rouge et Or devront s’adapter rapidement au Yukon.

L’étudiant au baccalauréat en kinésiologie à l’Université Laval Alexis Morin en sera à son deuxième passage dans ce territoire. En 2010, il avait participé à un autre championnat canadien à cet endroit. Il a donc une bonne idée de ce qui attend son équipe.

« C’est sûr que c’est dépaysant parce qu’on va avoir trois heures de décalage une fois arrivés là-bas. Ce sont des conditions de neige que l’on ne connaît pas nécessairement. Ça va être plus froid. Ça va être vraiment un beau défi », juge le skieur originaire de Victoriaville.

En terrain connu
Luc GermainPhoto : Pierre Yves Laroche

Luc Germain
Photo : Pierre Yves Laroche

Étonnamment, il n’est pas rare que des compétitions canadiennes d’envergure de ce sport aient lieu au Yukon. Luc Germain en sera à sa cinquième visite de Whitehorse depuis le début de sa carrière d’entraîneur en 1985.

« Il y a une raison pour laquelle on va là. C’est la place qui développe le plus de skieurs au Canada. C’est surprenant parce qu’ils ne sont pas beaucoup  [en population]. Mais, si on regarde l’équipe nationale, il y en a beaucoup qui viennent du Yukon. »

En quelque sorte, la présentation d’un tel évènement dans ce territoire permet donc de récompenser les athlètes issus de cette communauté qui, malgré les contraintes géographiques, ont persisté dans la pratique de leur sport pour atteindre un niveau d’élite.

Aux côtés d’Alex Harvey

Et, contrairement aux compétitions nationales auxquelles participent les autres équipes du Rouge et Or, athlètes civils et universitaires se côtoient au ski de fond. C’est donc dire que les membres de l’équipe olympique, dont le Québécois Alex Harvey, seront présents. Le classement est toutefois divisé en deux catégories : ceux défendant les couleurs d’une université et les autres.

L’année dernière, Alexis Morin avait terminé l’épreuve du sprint individuel d’une distance de 1,5 kilomètre au troisième rang cumulatif, mais en première place chez les universitaires. Il aura donc l’occasion de défendre son titre au cours de la fin de semaine.

Faits saillants

  • Le Championnat canadien consiste en une série de quatre épreuves, dont trois individuelles et une en équipe.
  • L’Université Laval est la seule institution du Québec qui sera représentée par une équipe au Yukon.
  • L’Université Lakehead de Thunder Bay en Ontario est la favorite pour remporter les grands honneurs de cette compétition.