Les six meilleures équipes de rugby féminin universitaire au pays se donnaient rendez-vous, dans le seul et unique objectif de remporter les grands honneurs. Ce sont finalement les Gryphons de Guelph qui sont sorties grandes championnes en disposant des championnes en titre, les X-Women de St-Fx, au compte de 28 à 0.

De leur côté, les représentantes québécoises ont bien débuté leur tournoi avec une convaincante victoire de 24-10 face aux finalistes de l’Ontario, les Marauders de McMaster. Cette saison, les Lavalloises ont connu un certain problème avec les débuts de rencontre, ayant de la difficulté à se mettre en marche. Le scénario n’a pas été différent, mais les joueuses ont tout de même su prendre les choses en main. «Nous avons mis du temps à nous mettre en marche aujourd’hui. Nous avons toutefois converti nos opportunités à la fin de la première demie et tôt en deuxième et cela a fait la différence», tenait à souligner l’entraîneur Bill McNeil. L’arrière Claudiane Renaud a fortement contribué à cette victoire avec une autre solide performance en réussissant quatre bottés de pénalités.

La seconde rencontre s’annonçait beaucoup plus difficile pour les Québécoises alors qu’elles se frottaient aux Gryphons de Guelph, équipe championne de l’Ontario. Cet affrontement aura finalement mis fin à la saison parfaite du Rouge et Or et du même coup, éliminer tout espoir de terminer au premier rang.  Tôt dans la rencontre, la troupe de Bill McNeil a créé l’égalité 3 à 3. Par la suite, les Gryphons ont pris le contrôle de la partie pour finalement l’emporter 38 à 3.

Les joueuses des Pronghorns de l’Université de Lethbridge en Alberta allaient donc tenter d’arracher la dernière marche du podium aux Lavalloises. Toutefois, l’excellent travail d’équipe a permis au Rouge et Or de dominer son adversaire et de l’emporter 29 à 0. Malgré l’objectif de terminer premier au pays, l’entraîneur-chef, Bill McNeil, était très satisfait de ses joueuses. «Les filles ont été opportunistes en créant des revirements et je dois rendre hommage à nos joueuses de centre, qui ont disputé toute une rencontre.»