Bientôt une autre revue scientifique à l’UL

La revue scientifique étudiante Regards politiques verra le jour en février 2017. Le premier appel de textes aura lieu vers la fin septembre. La citoyenneté au pluriel en sera le thème, selon Camille Girard-Robitaille, rédactrice en chef de ce nouveau projet. 

Cette revue biannuelle vise à « offrir une chance aux étudiants de s’initier à la publication scientifique », ainsi qu’à « favoriser le savoir et l’échange », explique son directeur, Philippe Dubois. L’instigateur du projet est également étudiant au baccalauréat en science politique à l’Université Laval. Un troisième étudiant lavallois, Pascal Lalancette, candidat à la maîtrise en affaires publiques, fait aussi partie du comité de direction, à titre de secrétaire-trésorier. Jusqu’à présent, aucun d’entre eux n’a eu la chance de publier un article scientifique.

« Dans notre parcours, on est de plus en plus poussés à publier tôt, mais les occasions restent rares », souligne Philippe. Si des revues scientifiques étudiantes de science politique existent dans le monde anglo-saxon, le modèle est peu visible au Québec.

« On encourage bien sûr les étudiants à publier, ça fait partie d’une certaine professionnalisation», explique le directeur du département de science politique de l’Université Laval, Érick Duchesne. Il souligne l’enthousiasme du département et du corps professoral. « C’est un projet qu’on appuie à 100 % », assure-t-il. Un soutien financier de 500 $ a d’ailleurs été offert. Le comité de direction de la revue, de son côté, continue les sollicitations financières auprès d’autres partenaires.

Démarche rigoureuse pour tous

Érick Duchesne insiste sur le caractère scientifique de la publication. « On va être tout aussi rigoureux que si on évaluait un article de nos pairs », promet-il. Comme l’indique Philippe Dubois, « on est basé sur les mêmes standards, les mêmes processus rigoureux que les  »vraies revues scientifiques »». À la suite de l’appel de textes, un comité de rédaction composé d’étudiants fera une pré-évaluation des textes qui seront ensuite acheminés à deux évaluateurs externes. Ces derniers, des professeurs ou d’autres experts, évalueront les textes à l’aveugle, puis feront une recommandation et des commentaires.

Si les étudiants en science politique sont invités à participer, ceux des autres disciplines sont aussi les bienvenus. Les étudiants d’autres universités, incluant celles en dehors du Canada, peuvent aussi soumettre des textes, tout comme de récents diplômés ou même des professeurs. Pour l’instant, la langue française est privilégiée. La première édition devrait contenir environ six articles de 20 à 35 pages. Une version électronique gratuite, ainsi qu’une version papier et payante de la revue sont prévues. Le principal défi, selon le comité de direction, sera de faire connaître la revue, puis d’assurer sa pérennité.

Consulter le magazine