C’est accompagné de 11 candidats du parti Démocratie Québec que David Lemelin, le chef du parti, est venu rencontrer les étudiants, en conférence à l’Université Laval mercredi dernier.

« On a décidé de se présenter en équipe parce que je suis fondamentalement un gars d’équipe », a-t-il annoncé au début de la présentation. À tour de rôle, les candidats ont rapidement énoncé les projets qu’ils comptaient mettre de l’avant dans leur district respectif. Une période de questions était prévue ensuite.

Les étudiants ont fait part de leurs préoccupations au parti. « Vous parlez beaucoup des transports en commun. Je remarque que certaines zones (centre-ville) sont très bien desservies, mais que les autobus sont toujours vides. Quelles mesures ou quels changements comptez-vous apporter au réseau? » David Lemelin répond qu’il veut réinjecter de l’argent dans le RTC, rallonger des circuits et ajouter des fréquences. « On ne peut pas dire qu’on va élargir les voies, faciliter la vie des voitures et éventuellement s’occuper de l’autobus […] Je ne suis pas un anti-automobile convaincu, ce n’est pas la question, je veux aider ceux qui veulent se servir de leur voiture en enlevant du chemin ceux qui aimeraient bien avoir un service d’autobus qui a du bon sens. » Johanne Elsener, candidate dans le district de La Pointe-de-Sainte-Foy, ajoute : « Ce qui est important pour le transport en commun, c’est de le rendre attrayant. Et pour qu’il soit attrayant, il faut qu’il soit efficace, déployé sur tout le territoire, rapide et fiable ».

Un étudiant insiste. Il veut des réponses concrètes. Le parti propose d’investir 20 millions de $ en quatre ans dans le RTC. Il pense à électrifier la flotte et à cibler pour quels parcours de plus petits autobus, et plus écologiques, pourraient être utilisés. Concernant le tramway, David Lemelin dit que « c’est une option très intéressante à étudier, mais qu’il faut bien le faire. On en parle pour 2030, c’est pour ça que pour l’instant, il faut miser sur les transports en commun. » Démocratie Québec espère aussi accélérer la mise en place d’un réseau cyclable utilitaire, dont 50 km sur les 300 prévus ont été aménagés depuis 2008.

Paul Shoiry, du district St-Louis-Sillery, qui couvre la cité universitaire, veut travailler avec les associations étudiantes. « Si vous êtes ici, c’est parce que vous êtes des étudiants engagés. Propagez la bonne nouvelle, on veut que les jeunes aillent voter. J’ai le sentiment que les jeunes vont aller voter cette fois-ci. » M. Shoiry veut, entre autres, rendre le prix des logements plus abordable dans le secteur.

Pour que les gens prennent part aux conseils de quartiers, ils doivent sentir que ça vaut la peine d’y aller, selon David Lemelin. Les candidats veulent que les citoyens soient consultés avant qu’un projet ne soit mis en branle, et non l’inverse. Ils souhaitent voir les gens s’impliquer même après avoir voté.

Abdoul Echraf, candidat dans Le plateau, pense que la densification de la ville doit se faire là où le territoire est disponible d’abord, et ensuite pourra-t-on penser aller en hauteur.

David Lemelin est à la tête du parti depuis environ 1 an. Il invite les gens à aller sur le site web de Démocratie Québec, « qui contient notamment le programme qui couvre toutes les sphères de la ville […] La plateforme, ce sont les engagements qu’on prend pendant la campagne ». Les élections municipales auront lieu le 3 novembre 2013.