Un cycliste a été gravement blessé le 13 septembre dernier à l’entrée sud de l’Université située au coin de l’avenue de la Médecine et du boulevard Laurier. Depuis, l’administration lavalloise a entrepris des démarches pour reconfigurer ce secteur risqué du campus.

Le Comité d’aménagement et de mise en œuvre (CAMEO) étudie les avenues possibles pour optimiser les passages automobiles, cyclistes et piétonniers à l’entrée sud. Celle-ci serait « effectivement l’endroit le moins sécuritaire présentement sur le campus », avoue la responsable des communications à l’UL, Andrée-Anne Stewart.

En juillet 2012, un premier incident impliquant un cycliste s’est produit à cet endroit, révélant un flou clair quant à la signalisation et la disposition des artères. Pour l’instant, le projet de renouvèlement n’en serait qu’à « l’étape des discussions, poursuit la membre de l’équipe des relations médias. L’échéancier n’a pas été déterminé ».

En constante adaptation

Depuis deux ans, huit accrochages impliquant un piéton ou un cycliste avec une voiture ont été répertoriés sur le campus. Questionnée sur les mesures qu’elle a mises en place, l’Université Laval assure que plusieurs modifications ont été apportées à la sécurité cycliste dans les cinq dernières années.

« Nous avons rénové l’entrée nord du campus située à l’intersection du Chemin Ste-Foy et de l’Avenue du Séminaire, agrandi la piste cyclable sur l’Avenue du Séminaire [et ajouté] des panneaux de signalisation pour les cyclistes et piétons à de nombreux endroits », explique Andrée-Anne Stewart.

Au quotidien, on estime qu’entre 10 000 et 12 000 cyclistes circuleraient à l’UL. Le directeur du Service de sécurité et de prévention Serge Demers affirmait à Radio-Canada il y a une semaine que ces accidents seraient donc relativement marginaux.