L’été 2020 constituera un précédent en matière d’environnement. L’Université Laval prévoit la tenue d’un premier sommet international pour la jeunesse universitaire se tiendra sur le campus, où les leaders pourront échanger ensemble sur l’action climatique.

Avec une aide financière du gouvernement provincial de l’ordre de 300 000$ et d’autres partenaires comme la Ville de Québec pour l’organisation de l’événement, l’Université Laval espère «accueillir cet été un grand nombre d’universitaires, qu’ils étudient au baccalauréat, à la maîtrise ou au doctorat», a précisé la direction.

Sont donc attendus environ 300 étudiants en provenance d’établissements d’enseignement supérieur du Québec, du Canada et de l’étranger. Pendant cinq jours, ils pourront discuter des enjeux reliés aux changements climatiques et de pistes de solutions qui leur permettraient d’agir en entamant un dialogue auprès de décideurs et de scientifiques.

«Il y a urgence d’agir maintenant et, en tant qu’établissement de haut savoir, de formation et de recherche, nous avons la responsabilité de stimuler les discussions et de contribuer aux solutions entourant les enjeux du développement durable et, en particulier, des changements climatiques. Ce Sommet va créer des occasions pour des jeunes venant des quatre coins de la planète de se rencontrer et d’agir, de faire bouger les choses», a d’ailleurs déclaré la rectrice de l’UL, Sophie D’Amours.

L’UL et l’environnement  

Ce Sommet pourrait, selon la volonté de l’Université Laval, devenir un événement qui se tiendrait deux fois par an.

Selon la porte-parole de l’Université Laval, cette annonce contribue à «mettre la table pour la thématique de la semaine prochaine sur la lutte aux changements climatiques», avec la marche pour l’environnement du 27 septembre, ainsi que la Semaine pour l’avenir. Des activités sont en effet prévues du 23 au 27 septembre pour que la communauté étudiante puisse «démontrer sa solidarité envers la planète».

Rappelons que l’Université Laval a, contrairement à plusieurs autres institutions d’études supérieures, choisi de maintenir ses activités de formation à l’occasion de la mobilisation pour le climat à Québec, le 27 septembre prochain.