Mercredi dernier a eu lieu la troisième édition de «La longue soirée anti-procrastination» de l’Université Laval. De 15h à 22h, plusieurs conférences ont été présentées afin de «bien comprendre cette mauvaise habitude et d’obtenir une foule de notions utiles et de moyens pratiques pour la contrer.»

Gérer notre santé psychologique avec l’arrivée de la fin de session

Avec l’arrivée des examens et la remise des travaux qui approchent à grands pas, de nouveaux défis seront à relever. Cela nécessite donc de nouvelles stratégies et une gestion du temps remarquable qui nous permettra d’éviter beaucoup de stress, facteur que l’on veut éviter, surtout durant cette période. Voici donc une série de recommandations émises sur place qui vous permettront de vous organiser comme il se doit :

Tout d’abord, il faut toujours se servir des nombreux outils qui nous aident à gérer notre temps. Un calendrier comme un aide-mémoire est une bonne solution, car il nous permet de bien répartir notre charge de travail sur l’ensemble des quinze semaines de la session. La grille horaire quant à elle, va nous offrir une planification plus stratégique (plan hebdomadaire, comment occupez nos heures, etc.). L’agenda est aussi un outil indispensable pour une planification à court terme. On se dit toujours qu’il n’est pas nécessaire de tout noter puisque l’on va s’en rappeler. Mais cela est faux, confirme-t-on sur place, il faut toujours mettre à l’écrit nos différentes tâches, car, le cas échant, nous faisons que surcharger notre mémoire inutilement. De plus, il est important de savoir que de ne pas avoir une vue d’ensemble de nos responsabilités, argumente le stress.

La cueillette d’informations est primordiale, il faut savoir repérer ses objectifs et identifier ce qui est prioritaire : où passe mon temps ? Quelles tâches devrais-je prioriser ? Comment les énumérer ? Savoir quoi et comment planifier sa semaine permet une meilleure organisation qui nous fera gagner énormément de temps.

Mais cela ne veut pas dire pour autant de s’oublier soi-même, il faut savoir respecter et utiliser son rythme naturel et cibler les périodes d’étude par rapport au type de tâches. Posez-vous des questions : êtes-vous plus du matin ou du soir ? Est-ce vraiment utile de faire une lecture de 20 pages à 22h alors que votre mémoire est plus fonctionnelle en matinée ? Cela va vous permettre d’identifier les objectifs précis pour une efficacité de votre période d’étude, soulignent les conférencières et conférenciers sur place.

Adopter une attitude « anti-procrastination »

La procrastination a aussi été abordée lors de la soirée. Repousser inutilement une tâche que l’on peut effectuer tout de suite, n’amène qu’un soulagement de liberté temporaire. Car, plus on évite, plus on stresse, moins on est performant. Il faut savoir analyser les prétextes de votre procrastination : ça ne sert à rien d’ouvrir votre travail de 10 pages en face de votre télévision si vous savez que vous allez uniquement vous concentrer sur ce qui s’y passe. Ici, l’environnement joue énormément sur notre efficacité de travail, il faut donc trouver des endroits propices à nos différents types de tâches.