La 11e édition de la Semaine de l’éducation s’est tenue du 6 au 10 février à l’Université Laval. Cinq journées entières dédiées aux étudiants de la Faculté des sciences de l’éducation (FSÉ) ont été offertes. Au menu : divers ateliers, conférences et salons afin d’accroître l’expérience étudiante, à l’aube de l’entrée sur le marché du travail.

Devenu une tradition sur le campus, l’événement avait pour objectif « d’offrir un surplus à cette formation universitaire déjà existante », mentionne la présidente de l’Association étudiante en enseignement secondaire de l’Université Laval (AÉESUL), Catherine Bonneville.

Celle-ci préside le comité organisateur chargé de mettre en place cette semaine importante, en compagnie de Philippe Perron-Savard, qui lui est président de l’Association étudiante du Baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire (AÉBÉPEP).

Enrichissement éducationnel

L’ensemble des activités ont permis aux étudiants de la FSÉ d’aborder des sujets rarement abordés dans les cours, qui sont plus magistraux. Plusieurs allocutions portaient sur la pédagogie, l’orientation, les nouvelles méthodes d’enseignement, le jumelage sport-études ou encore les nouvelles technologies en éducation. En bref, chacun pouvait y trouver son compte afin d’enrichir sa formation.

L’événement central : le salon de l’éducation. Ce carrefour servait entre autres à présenter les divers acteurs de l’éducation tels que les syndicats d’enseignants, les plateformes interactives, les promoteurs de manuel scolaire et les organismes pour des stages.

Les étudiants ont également été invités à participer à des concours qui permettaient de gagner des objets à saveur pédagogique en lien avec leur profession. Pour finaliser le tout, un souper de clôture a été organisé dans le but de remercier les gens ayant participé et collaboré aux festivités.

Une initiative étudiante

Au départ, seulement un des cinq baccalauréats de la Faculté des sciences de l’éducation était présent à l’événement, soit l’AÉBÉPEP, d’où est partie l’initiative. Il faudra attendre la 9e édition pour voir apparaitre l’AÉESUL, qui s’est alors joint à l’organisation.

L’année passée, le Baccalauréat des enseignants en éducation physique et en intervention sportive s’est ajouté. Cette année, la semaine de l’éducation souhaitait rassembler les cinq baccalauréats de la FSÉ.

C’est ainsi que pour la 11e édition, les départements de sciences de l’orientation ainsi que celui de psychoéducation se sont ajoutés, formant la grande nouveauté de l’année. Pour la première fois, tous les étudiants en éducation pouvaient s’y retrouver. Selon Catherine Bonneville, le but était « d’offrir beaucoup plus de conférences aux étudiants ». Le comité exécutif a d’ailleurs remarqué une augmentation des participants cette année.

L’ébauche d’un futur projet d’association facultaire se met tranquillement en place. Un référendum sera bientôt mis en place dans le but de constituer une association facultaire regroupant tous les baccalauréats de la Faculté de sciences de l’éducation. Cette initiative permettrait alors aux organisateurs de relayer le projet à ce groupe généralisé dans le but de mieux concilier, gérer et organiser l’événement.