Faisant face à un vieillissement de la population encore plus rapide que prévu, le gouvernement du Québec a sommé l’Université Laval de remettre les terrains et les infrastructures du campus.

Le gouvernement a, pour ce faire, utilisé une vieille clause datant de l’incorporation du séminaire de Québec en 1663. À l’époque, l’intendant de la colonie, Jean Talon, avait fait rajouter la clause suivante : « En ce ci-lieux du séminaire de Québec et par la grâce du bon roi Louis, nous affirmons qu’en cas de besoin, notre bon souhait est de recouvrer lesdites dépendances du séminaire afin d’offrir aux bonnes gens séniles et âgées de la colonie le repos qu’ils méritent ».

M. Brière, recteur de l’Université, a donc annoncé la cession du campus et de toutes les installations appartenant à l’Université Laval au propriétaire du groupe Résidences Soleil, M. Eddy Savoie : « Les Résidences Soleil, maintenant bien implantées dans la Haute-Ville de Québec, sont les mieux placées pour développer et transformer le campus », a-t-il expliqué.

D’ailleurs, M. Savoie déborde d’enthousiasme pour le changement de vocation de l’Université. Ainsi, des tapis roulants d’aéroport seront ajoutés à tous les tunnels afin de faciliter le déplacement des nouveaux usagers.

La profondeur des piscines du PEPS sera également revue à quatre pieds afin d’empêcher toute noyade et la serre du pavillon Abitibi-Price sera transformée en allée de quilles.

Caroline Aubry, présidente de la CADEUL, explique que son organisation devra s’adapter mais qu’elle salue tout de même l’initiative : « C’est sûr qu’il faudra former nos internes à la pétanque et au bingo et qu’il faudra changer les menus de Cuisine Campus afin de faire une plus grande place au manger mou, mais nous respectons la décision qui a été prise ».

Le poste de vice-président aux affaires pédagogiques sera d’ailleurs remplacé par celui de vice-président aux affaires gériatriques.

La direction de l’Université explique également que le changement ne se fera pas sans heurts pour les étudiants, mais que le parcours académique de chacun allait être respecté : « Dès le premier avril, les rénovations vont commencer », explique Éric Bauce, Vice-recteur exécutif. « Nous allons cesser d’accepter de nouveaux étudiants cet été, mais ceux qui sont déjà inscrits pourront terminer leurs études ».

L’Université a d’ailleurs affirmé son souhait d’offrir une place à chaque professeur dans les nouvelles résidences adaptées.

M. Yves Bolduc, député de la circonscription où se trouve la défunte institution d’enseignement, s’est également réjoui de la nouvelle : « Il semble clair que la résidence Soleil-Laval va beaucoup moins faire la grève que l’Université». L’apport de personnes âgées permettrait notamment de lui offrir une très confortable avance aux prochaines élections provinciales.

Bon mois d’Avril !