Se cachent dans tous les recoins de Québec depuis le 19 février – et jusqu’au 24 avril – une foule d’œuvres d’art, installées dans le cadre de la biennale de Manif d’art. Retour sur cette 10e édition de l’organisme qui fête son 20e anniversaire. 

Par Sabrina Boulanger, journaliste multimédia

Manif d’art, c’est un organisme issu d’un vide dans le marché culturel de la Ville de Québec : les artistes de la relève d’ici n’avaient pas de scène d’art actuel d’envergure internationale. De là est né l’événement Manif d’art, en 2000, qui s’est par la suite transformé en organisme en 2002 afin d’assurer la pérennité de cette exposition, qui a pris la forme d’une biennale. Manif d’art a depuis intégré davantage d’événements et de fonctions, mais sa biennale reste le clou de son spectacle.

La 10e édition de Manif d’art est sous la responsabilité du commissaire invité Steven Matijcio. Ce sont 50 artistes provenant de cinq pays qui sont exposés dans musées, rues et galeries de la Ville de Québec, dont les œuvres s’arriment d’une façon ou d’une autre à la thématique Les illusions sont réelles. La thématique est à interprétation très large : les artistes nous font tantôt visiter leur interprétation des fake news, des conspirations, des vérités, et tantôt de la magie, du trompe-l’œil, des tours de passe-passe. C’est une dualité très éloquente dans les questions d’actualité, et dont la représentation dans l’art est absolument pertinente. 

Laura Charette, adjointe à la production et aux communications pour Manif d’art, affirme que cette année, il a été stratégique de développer plus particulièrement l’art public, étant donné les revirements de situation infinis causés par la pandémie. Mais plus largement, ce volet en est un qui est particulièrement important, puisqu’il permet d’insuffler de l’art dans le quotidien de personnes qui n’iraient peut-être pas en consommer autrement. La culture est au cœur de l’identité, évoque des discussions sociétales, éveille la sensibilité – permettre au commun des gens d’y avoir accès, c’est l’un des objectifs de Manif d’art. C’est aussi la raison pour laquelle l’organisme a mis en place des visites guidées, des audioguides et des chasses aux trésors : ces accompagnements permettent d’infuser des bribes d’art aux jeunes et moins jeunes.

Parmi toutes les œuvres exposées en lieux publics, mention spéciale aux incontournables L’appel du printemps, de Jean-Pierre Gauthier, Before the eye, de Cannupa Hanska Luger, et Les jardins de Versailles, de Vikky Alexander, qui sauront assurément magnifier une balade au centre-ville. Dépêchez-vous d’aller les visiter avant qu’elles ne nous quittent!

Luke Jerram – Museum of the Moon