Pierre Lapointe continue de surprendre ses fans – littéralement – avec la sortie d’un album le 24 août dernier dont même les médias n’étaient pas au courant. Contrairement à d’habitude, où il nous a habitué à des albums plus «orchestraux/symphoniques», s’accompagnant au piano et/ou de plusieurs violons, pour son album Ton corps est déjà froid, il y va d’un son plus électrique, presque punkaccompagné d’un bassiste, d’un batteur et de deux guitaristes. 

La première chanson, qui donne son nom à l’album, est une forte entrée en matière, très courte mais très intense. Lorsqu’on ne s’y attend pas, ça surprend! Lapointe nous avait habitué à des performances vocales plus douces par le passé, ne vous attendez pas à ça! 

Pour ce qui est de la deuxième chanson, Sous ses cheveux, la guitare basse y a une place prépondérante, ce qui crée un bel effet. Les enchaînements créés entre le chant de Pierre Lapointe et les back-vocals créent un bon rythme dans la chanson. 

Le troisième titre, Toi tu ten fous, est excellent. C’est une pièce très bien montée, on sent qu’il y a un crescendo qui dure du début à la fin de la chanson, culminé par le refrain.  

La quatrième oeuvre, Encore un autre amour, est plus tranquille que les premières. On peut y entendre des influences un peu jazzy/blues en l’écoutant. C’est une pièce très originale, comme le restant de l’album, c’est très loin de ce qu’on est habitué d’entendre de l’auteur-compositeur-interprète québécois. 

Nous en sommes maintenant à la cinquième chanson, pièce qui se nomme Vrai ou faux, cette chanson est toute douce pendant les couplets, mais plus heavy durant les refrains, et ça a un effet d’électrochoc sur la personne qui l’écoute. Une bonne pièce, personnellement! 

Par la suite, on peut écouter la chanson 4 jours, déjà, chanson qui, un peu comme Ton corps est déjà froid, est très courte, mais très intense. C’est une pièce aux accents comiques, avec une belle performance vocale de Pierre Lapointe.

Des pièces qui détonnent

La composition suivante se nomme La voix dun homme, pièce qui fait office de chanson d’amour de l’album. Cette chanson a une sonorité très originale; l’album détonne par rapport à tous les autres albums de l’artiste, et cette chanson détonne par rapport à toutes les autres chansons de l’album. 

Ensuite, si vous suivez bien, c’est la huitième chanson de l’album, qui s’intitule 1 2 3 4, une chanson qui fait du bien, avec un rythme entraînant et joyeux! Ça fait du bien à l’âme d’écouter ce genre de chanson. 

La prochaine chanson, au titre un peu cruel, Jaime bien quand tu pleures, est une pièce montée de manière étonnante, elle est très courte, et on peut y entendre une introduction toute douce à la guitare acoustique suivi d’un moment beaucoup plus heavy, et ce, deux fois. Encore une fois, ça a un effet d’électrochoc sur l’auditeur, et c’est le moins qu’on puisse dire! 

Pour ce qui est de la dixième chanson, Si tu dis non, personnellement, ça me rappelle presque certaines chansons que les Beatles auraient pu enregistrer sur un de leurs premiers albums. Un rythme entraînant, une très belle mélodie au chant, une chanson très feel good 

L’avant-dernière chanson de cet opus, Chienne chimère, est l’une des chansons les plus heavy de l’album, avec une sonorité presque band de garage. 

La dernière pièce de l’album s’appelle Décompte, et c’est une pièce instrumentale où l’on peut vraiment apprécier le talent des musiciens qui jouent derrière Pierre Lapointe. C’est une pièce qui contraste avec toutes les autres chansons de l’album parce qu’elle est très longue: elle dure un peu plus de 9 minutes. 

Au bout du compte, c’est un album qui est surprenant sur toute la ligne. Pour son huitième album en carrière, Pierre Lapointe nous a offert un cadeau très éclectique par rapport à ce qu’on était accoutumé à entendre de sa part, mais un bon album pour quiconque aime les sonorités plus « band de garage », punk et yé-yé.