Auteur des succès littéraires Dérives (2010) et de La chute de Sparte (2011), Biz surprend avec son troisième livre, Mort-Terrain, un roman fantastique qui a fait son entrée dans le monde littéraire le dix-huit février dernier, aux éditions Leméac.

Ce troisième roman gravite autour du thème de l’industrie minière. Le mot mort-terrain désigne la terre stérile extraite d’une mine. Un roman dont le thème est particulièrement d’actualité, si l’on considère les intentions du gouvernement de développer, ce que l’on appelle le Plan Nord.

Mort-Terrain — un petit village — ressasse l’histoire d’un jeune médecin qui s’établit en Abitibi. Il souhaite décrocher du chao montréalais et laisser derrière lui ses déboires amoureux. Le doc remarquera très rapidement la haine entre les Blancs et les Amérindiens. Une haine qui ne date pas d’hier et qui demeure alimentée par de nombreux préjugés et de nombreux paradigmes qui perdurent.

Question d’alimenter cette colère, une grande compagnie minière décide d’exploiter les ressources naturelles du sous-sol de la région. Le manque de considération de l’entreprise envers les Morterrons aura d’importantes conséquences sur l’esprit du village, ce qui fera ressortir de vieilles histoires.

Ce roman fantastique se lit d’un trait. On ne veut pas perdre une milliseconde du suspense, tellement l’histoire est passionnante. Lors de la lecture, on notera l’impressionnant travail de recherche exercé par l’écrivain. En effet, l’auteur a fait lire son roman à un médecin afin de s’assurer de la crédibilité du personnage. Chacun des chapitres qui composent le récit s’enchaîne en montrant de manière pertinente et réaliste la situation actuelle du nord du Québec.

On retiendra l’écriture sans prétention et sans jugement de l’auteur : tout au long du roman, jamais on ne ressent le point de vue de l’écrivain. Il a créé un personnage principal complètement fictif, ce qui facilité la dissociation entre le caractère de l’auteur et celui de son personnage.

Férue de la langue française et de l’histoire du Québec, Biz a su amalgamer fantastique, horreur et suspense. Au fil des pages, il sait tirer profit de l’histoire fantastique du Wendigo et par le fait même, garder le lecteur en haleine jusqu’au dénouement.

Sébastien Fréchette, alias Biz, membre du groupe québécois Loco Locas, sait agilement jongler avec les mots. À cette heure, il travaille à l’adaptation cinématographique de son second roman, La chute de Sparte. D’ici le dénouement de ce projet, la lecture de cette troisième œuvre littéraire saura grandement vous divertir.

Marie Bruneau