Le Théâtre du Petit Champlain a accueilli Lisa Leblanc le 27 septembre dernier pour l’une des dernières prestations de sa tournée. En première partie se sont produits les DeuxLuxes, un duo électrisant et animé d’une vivacité à en perdre le souffle.

Anne-Julie Thibeault

Lisa Leblanc

Lisa Leblanc arrive en lion. « On dirait qu’il y a un fantôme friendly icitte, c’est toujours le fun ! C’est la six ou septième fois que je viens icitte », a-t-elle confié à son auditoire. La chanteuse originaire de Rosaireville au Nouveau-Brunswick, a su charmer le public de Québec avec son accent acadien.

Une première partie rock’n’roll

En provenance de Montréal, le duo formé de Francis Barry, un jeune homme aux multiples talents et d’Anna Frances Meyer, une jeune femme sensuelle et explosive. Tous les deux vêtus de léopard, ils font dans le rock’n’roll. La voix basse, pouvant presque chanter du death métal, par le côté très « gorges », aux hautes notes a fait « swigner » la baraque.

Un public conquis

Vêtue d’une belle robe noire et de ses bottes de cowgirl, Lisa Leblanc a débuté son spectacle avec J’pas un cowboy animant la foule déjà fébrile. Il faut dire que le show affichait complet depuis un mois. Le public enjoué chantaient les chansons de l’Acadienne. Avec sa belle voix et sa musique aux accents folk trash, elle sait créer une ambiance festive et survoltée.

L’excellente guitariste a offert un spectacle qui rock et dont la fin arrive beaucoup trop vite! Elle adore se moquer d’elle-même et de la vie au travers de textes crus, honnêtes et sans froufrous. Elle a terminé son spectacle avec un rappel de 30 minutes, offrant à son public une chanson qu’elle a composé pour ses « chummeys » de filles, God knows qui fera pas beau, ainsi que quelques classiques du Nouveau-Brunswick.

Du nouveau matériel

Elle a aussi présenté You Look Like Trouble (But I Guess I Do Too), extrait de son nouvel EP, Highways, Heartaches and Time Well Wasted qui sortira le 4 novembre prochain. Ce mini-album, qui dévoile le côté anglophone des racines country folk de Lisa Leblanc, est réalisé par Emmanuel Éthier. Elle y propose cinq titres originaux en plus d’une reprise de la chanson folk traditionnelle américaine Katie Cruel popularisée par Karen Dalton, dont l’Acadienne signe les arrangements. Elle fera une tournée, après un petit mois de congé, à travers du Canada.