Plusieurs performances et activités artistiques variées seront présentées à Québec du 2 au 26 février dans le cadre du Mois Multi. Celles-ci se tiendront un peu partout dans la ville. Cette année, plusieurs étudiants et diplômés de l’Université Laval y prennent part.

Parmi les événements à venir, le 8 février, la Galerie des arts visuels de l’Université Laval présentera une rencontre avec l’écrivaine Chantal Neveu à l’École d’arts de l’Université Laval. En lien avec une série d’activités sur l’art et l’écrit, le public est invité à se joindre au dialogue entre l’artiste et la directrice de la galerie Lisanne Nadeau. La rencontre se poursuivra avec une lecture-performance de la dernière œuvre de Chantal Neveu La vie radieuse (Éditions La Peuplade, 2016).

Le BAM (Bouillon d’art multi), qui regroupe plusieurs étudiants dont certains du programme de théâtre de l’Université Laval, prendra place également dans la programmation. Le groupe offrira une performance en direct le 8 février à 19 h au pavillon Pierre Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec. L’entrée est gratuite.

Mettre le spectateur de l’avant

De son côté, le projet Lapalissade apportera un vent de fraîcheur les 23 et 24 février avec une nouvelle approche du théâtre. Les membres du collectif Dans Ta Tête ont voulu pousser plus loin les limites de leur projet qui avait clos la fin de leur Baccalauréat en théâtre en 2013. La pièce se veut interactive; les spectateurs seront amenés à y participer brisant ainsi les règles conventionnelles. Une voix off permettra à l’audience de confronter certains automatismes qui dirigent leur comportement.

Appuyez sur le bouton

L’Université Laval était également représentée au tout début du mois. Les 2, 3 et 4 février, Entrez nous sommes ouverts proposait une performance créée par le bureau de l’APA, une formation qui se spécialise principalement dans l’art de la performance. À sa tête, on y retrouve Laurence Brunelle-Coté et Simon Drouin. Leur équipe, derrière cette toute nouvelle création, est composée d’une dizaine de personnes, dont Ludovic Fouquet étudiant à l’UL. La performance offerte se résume par la possibilité au public de voir ce qui se cache derrière le simple fait d’appuyer sur un bouton. Une expérience qui mariait technique, technologie et transformations.

Le partage intergénérationnel

Sous une approche technologique également, Catherine Bélanger, diplômée de l’Université Laval en 2012, présentait le 4 février sa dernière réalisation : Une succession. L’œuvre expose la mère de Catherine en pleine exécution de sa recette de ragoût. La scène, reconstituée avec l’aide de projection, présente l’artiste qui recrée, grâce à des capteurs de mouvements, les gestes de sa mère. Le tout est ensuite dessiné en surimpression. L’œuvre présente l’importance de la transmission intergénérationnelle, un hymne qui fait briller le patrimoine familial.

Enfin, le 3 février, le LANTISS (Laboratoire des nouvelles technologies de l’image, du son et de la scène) a ouvert ses portes au grand public afin que celui-ci puisse y découvrir les différents projets de recherches et de créations.

La programmation des activités offertes au courant du mois est disponible ici : http://mmrectoverso.org/programmation-2017/.