Fondé en 2012 par un petit groupe d’étudiants en musique de l’Université Laval et quelques cégépiens, l’Orchestre symphonique de musique de film de Québec (OSMFQ) regroupe maintenant plus d’une trentaine de jeunes musiciens aux horizons divers. Portrait d’une organisation à l’essor tranquille, dont les membres sont unis par une passion joyeuse et contagieuse.

Le projet a de quoi séduire. Xavier Boucher, qui dirige l’orchestre depuis le départ du chef-fondateur Pierre-Olivier Couturier en 2013, l’avoue d’emblée : ce qui l’a attiré dans cet orchestre alors naissant, c’est à la fois « l’initiative étudiante, qui promettait beaucoup de fun », et la musique de film elle-même, véritable passion pour lui depuis le secondaire. Un répertoire très populaire, au point qu’à son dernier concert, donné à la salle Henri-Gagnon pleine à craquer le 21 mars dernier, l’ensemble a dû refuser certaines personnes à la porte. Au programme : des thèmes du Seigneur des Anneaux, de Pirates des Caraïbes, de Star Wars et de La liste de Schindler, notamment.

Un répertoire attrayant 

« On aurait pu facilement faire une supplémentaire si on avait trouvé le bon moment et une salle disponible », se rappelle ainsi Élodie Bernier, hautboïste au sein de l’orchestre. Mais si le public est friand de musique de film, le genre a aussi tout pour séduire les instrumentistes eux-mêmes.

« La musique de film, ce n’est pas un répertoire si courant. À l’université, on fait des trucs plus formels », explique-t-elle. La jeune femme, saxophoniste de formation, est aussi ravie de pouvoir expérimenter la musique orchestrale grâce à l’ensemble, troquant pour l’occasion son saxophone contre un hautbois.

« Le niveau de difficulté est en dessous du répertoire universitaire avancé », souligne Xavier Boucher. « Il faut une bonne base en musique, mais ça reste accessible à des musiciens de différents niveaux », poursuit celui qui espère réaliser une maîtrise en direction musicale après son baccalauréat. Au noyau d’universitaires et de cégépiens issus de programmes de musique se sont ainsi ajoutés quelques talentueux élèves du secondaire étudiant en concentration musicale. L’orchestre a aussi collaboré, à l’occasion du concert du 21 mars, avec un ensemble à cordes plus « adulte ». L’orchestre allie donc des expériences diverses et les plus jeunes, à force d’observation, de pratique et d’échanges, apprennent et acquièrent un bagage certain auprès des plus expérimentés.

Unis par la musique

Quelques autres musiciens, à l’image d’Amy Bernier-Desmarais, évoluent dans des milieux totalement différents, mais sont unis par une même passion musicale. L’étudiante en biologie se présente tous les lundis, flûte traversière à la main, pour les pratiques hebdomadaires. « La musique, c’est tellement quelque chose de positif. J’ai besoin de mon 2 heures avec ces gens passionnés, beaux à voir, qui offrent un beau modèle de persévérance et de détermination », déclare avec enthousiasme celle qui jouait auparavant dans l’harmonie de Saint-Augustin. « La musique, c’est comme le sport », ajoute-elle, et « l’orchestre, c’est notre équipe ».

Xavier Boucher abonde dans le même sens. « Je trouve que la dynamique, c’est ce qu’il y a de plus difficile à monter et là, je sens qu’on a réussi », confie-t-il avec fierté, avant de conclure : « On espère présenter un nouveau concert à la fin mai ». Les amateurs comme les musiciens seront, à coup sûr, ravis.