Le résumé d’une pièce prétendant marier théâtre, poésie, chanson et art du cirque apparaît souvent comme un mauvais présage au pauvre spectateur forcé d’aller voir une enième expérimentation tentant de redéfinir les genres.

C’est, malgré l’énorme défi, un pari réussit pour Maude Boutin Saint-Pierre et Érika Hagen-Veilleux, qui ont écrit, mise en scène et joué la pièce. Pièce qui n’en est pas tant une, mais s’avère plutôt un tableau, celui de deux jeunes adultes se retrouvant seules sur une île de la Côte-Nord pour mieux comprendre, eux et le monde. La mise en scène, à la fois minimaliste et riche, surprend souvent par les astuces trouvées pour nous faire vivre l’automne fluviale. Le texte est inspirant, sincère, sans prétention, et sait aller droit au cœur. La danse est utilisée parfaitement et sans exagération pour explorer des émotions que l’on préférait laisser sans mot. Le tout est drôle, juste et émouvant.

Un duo choc

C’est surtout le talent des deux interprètes qui impressionne. Maude Boutin Saint-Pierre déborde de la scène avec son énergie qui semble sans fond et son jeu parfait. Érika Hagen Veilleux fait bien, mais sans plus, comme actrice, mais ne cesse d’impressionner par les nombreux autres talents qu’elle déploie.

Une excellente pièce, définitivement à voir et qui sera fort appréciée par quiconque a déjà rêvé de passer de longues journées seul sur la grève.