Paradoxe renaissant

Critique livreIl ne s’agit pas d’un roman, ni d’un recueil de nouvelles. On y retrouve des illustrations graphiques, des photos inédites de Nelly Arcan et des bribes de citations tirées de ses quelques romans. Au travers sont dispersés des témoignages d’artistes, journalistes, écrivains et même traducteurs qui ont côtoyé de près ou de loin (jamais) Nelly Arcan. Pour lier cet amalgame d’hommages posthumes, Claudia Larochelle, auteure et amie de cette dernière, partage de nombreuses réflexions intimes à son sujet, dressant un portrait inédit de la regrettée écrivaine.

Tout est rédigé dans le respect. On aurait pu tomber dans les révélations perverses et sensationnelles qui ont une propension à émaner lorsqu’une personnalité connue et controversée s’absente. Claudia Larochelle dresse un portrait honnête d’Arcan, figure mythique de la littérature québécoise contemporaine. On se sent presque jaloux de celle-ci qui a côtoyé de près l’auteure de Putain, jaloux de cette confiance qu’elle semble lui accorder. Nelly Arcan ne faisait pas confiance à beaucoup de gens.

Les collaborateurs aux styles d’écriture variés amènent des réflexions distinctes et inusitées sur l’auteure et le propos de ces romans. On constate qu’Arcan a piqué la curiosité de plusieurs personnes tout au long de sa courte carrière. On revient quelques fois sur cette fameuse entrevue accordée à Tout le monde en parle qui semblait tant avoir ébranlé l’auteure, exposée et prise au piège entre ses paradoxes. Paradoxes qui, dans le présent livre, ont été abordés, questionnés et que l’on a tenté de démystifier tant bien que mal.

Somme toute, c’est cette curiosité et cette envie de toucher à une mince parcelle de l’auteure qui unit ces témoignages empreints d’admiration.

Je veux une maison faite de sorties de secours s’adresse bien sûr à ceux qui connaissent et encensent Nelly Arcan, mais aussi aux curieux, qui ont déjà entendu son nom, depuis 2009… L’ouvrage peut être une occasion d’approfondir délicatement ce qu’on connaît de l’auteure, mais peut aussi être une introduction à son univers particulier. Il peut sinon être un baume pour ceux qui relisent sans cesse Putain, Folle, À ciel ouvert, Paradis clef en main et Burqa de chair.

Nelly Arcan revit encore une fois, une rare fois. Un réel petit bijou à intégrer à sa bibliothèque que l’on peut lire d’un coup ou par sections, quelques fois par années, pour faire durer le bonheur. Pour laisser cette auteure imprégner notre existence, par petites doses.

4,5/5

Je veux une maison faite de sorties de secours

Sous la direction de Claudia Larochelle

VLB éditeur

En librairie depuis le 18 novembre