L’Association des étudiants burkinabés de Québec à l’Université Laval (AEBQ-UL) a tenu à souligner les tristes événements survenus il y un an à Ouagadougou en organisant une cérémonie commémorative dimanche. C’est donc une trentaine de personnes qui se sont recueillies afin que ce drame ne passe pas dans l’oubli.

Le 15 janvier 2016, à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, quatre hommes armés ont ouvert le feu sur les personnes rassemblées au restaurant Cappuccino, tout juste avant de faire de même dans l’Hôtel Splendid. L’endroit, une artère principale de la ville, est réputé pour accueillir de nombreux expatriés.

Le bilan a fait état d’une trentaine de victimes de 18 nationalités différentes. Parmi elles, on retrouve six personnes originaires de Québec. Celles-ci étaient au Burkina Faso depuis près d’un mois, en mission humanitaire.

Communauté solidaire

Un an plus tard, le souvenir est toujours bien présent. « Les Burkinabè sont tolérants », souligne le président de l’association, Wend-Nongdo Justin Ilboudo. « Les gens sont très solidaires au Burkina Faso. Quand les gens ont vu ce qui se passait, tout le monde voulait agir et défendre ses confrères », confie l’un des membres du comité.

Considéré comme un îlot de paix au milieu de l’instabilité de l’Afrique de l’Ouest, le pays des hommes intègres n’avait jamais connu d’attaque d’une telle ampleur. M. Ilboudo raconte que cela a probablement eu un « effet rassembleur et mobilisateur » autant pour la population que pour le gouvernement.

Pour mieux comprendre

Au courant de la soirée, l’association a présenté une vidéo relatant l’attentat du 15 janvier 2016. Les personnes présentes à l’événement ont ainsi été en mesure d’avoir une meilleure idée de ce qui s’est passé cette journée-là.

Par la suite, le président de l’AEBQ-UL a prononcé un discours rassembleur et teinté d’émotions pour rappeler aux gens à quel point ils doivent rester forts et fiers devant ce triste événement qui a affligé ce pays reconnu pour sa générosité et son accueil chaleureux.

L’AEBQ-UL, qui a récemment pris forme pour partager et organiser des activités qui contribueront à faire connaître la culture burkinabée , regroupe tout près de 90 membres. Ceux-ci se sont donné comme mission, d’une part, de promouvoir leur culture à Québec en créant des points de rencontre entre les nouveaux et les anciens habitants de Québec et, dans un autre ordre d’idées, de faciliter leur intégration et de maintenir des liens entre les différents membres de la communauté burkinabée à Québec.

Extrait du discours prononcé par Wend-Nongdo Justin Ilboudo

 

« Ma mère blessée dit à tous les blessés de la terre,

Qu’elle partage leur peine et leur colère et leur silence,

Et au nom de la vie qui triomphe,

Elle leur conjure de résister au mal qui divise

 

Ma mère blessée vous prie de renoncer

Au prétexte qui exclut

A la vérité qui tue,

Au mensonge qui assassine,

 

Partagez demande-t-elle

Le sel de la fraternité,

Le feu qui réchauffe et éclaire,

Et l’amitié qui adoucie et rapproche

 

Et alors seulement le temps du repos reviendra!»