Pas question de ralentir la cadence pour les représentants de l’Université Laval. Les Lavallois n’ont fait qu’une bouchée des Stingers de Concordia. Après une victoire éclatante de 53 à 7 face aux Redmen de McGill, la semaine dernière, la troupe de Glen Constantin s’est sauvée, cette fois-ci, avec une victoire de 52 à 3.

En visite à Montréal pour la deuxième fois de la saison, le Rouge et Or a prouvé encore une fois toute sa dominance sur les Singers, n’ayant pas perdu face à l’Université Concordia depuis la saison 2002-2003.

À la suite d’un début de match ordinaire (selon les standards du Rouge et Or), l’attaque a finalement explosée, marquant trente points au troisième quart. La première demie, sans histoire, s’est soldée par la marque de 19-2 en faveur des visiteurs. Il faut tout de même souligner le premier touché en carrière du receveur, Felix Garand-Gauthier. Ce dernier a capté une courte passe de touché de 4 verges, d’Hugo Richard (9-29, 213 verges, 2 passes de touché). Ce majeur portait la marque à 9-0 pour Laval.

Les Lavallois ont par la suite trouvé leur vitesse de croisière, enfilant 33 points dans la deuxième moitié de la rencontre. Le tout en n’accordant qu’un seul maigre point à leur adversaire. La première séquence du Rouge et Or, de retour du vestiaire, s’est conclue par une course de 8 verges d’Hugo Richard. Il en a d’ailleurs profité pour rejoindre Paul Correale de Queen’s (1995-1999) au quatrième rang de l’histoire du RSEQ pour le plus grand nombre de majeurs inscrits avec 29.

Et ce n’était qu’un début. Par la suite, la cible préférée d’Hugo Richard, Jonathan Breton-Robert (7 attrapés, 98 verges) a porté la marque à 35-2 grâce à un bel attrapé dans la zone des buts. Puis, ce fut au tour d’Émile Chênevert de s’illustrer. Le demi défensif a réalisé sa deuxième interception du match et sa troisième en deux matchs, en profitant même pour retourner sa dernière interception dans la zone des buts. Finalement, Philippe Lessard-Vézina (10 courses, 74 verges) a ajouté un touché sur une course de 12 verges, portant ainsi la marque à 49-2 pour Laval. Tout ça, avant la fin du troisième quart.

Dans la victoire, Glen Constantin s’est dit quelque peu déçu de la performance de ses joueurs en première demie : « On a fait de très belles choses, mais c’est certain qu’en première demie on n’était pas nécessairement content. Se faire arrêter sur un deuxième et deux verges, si on veut se forger une identité et passer des messages, il faut être capable de convertir ce type de jeu ».

Les Carabins attendus de pied ferme

Un choc de titan est à prévoir la semaine prochaine, alors que le Rouge et Or accueillera les Carabins de Montréal, le 7 octobre prochain, 13h, en direct du stade Telus. Rappelons que les Lavallois ont remporté le dernier duel de la rivalité Montréal-Québec par la marque de 12 à 7.