La semaine passée, le monde entier apprenait avec fascination l’existence des ondes gravitationnelles. Pendant quelques jours, nous fûmes tous gravité. N’est-ce pas fantastique, à une époque où les budgets de la NASA sont si bas, qu’on parvienne encore à faire ce genre de découvertes en physique?

Je dis découverte, mais en fait il s’agit de la confirmation d’une théorie qu’avait émise Albert Einstein en 1916 à partir de son autre œuvre maîtresse, Relativité générale. J’aimerais donc profiter de ce regain de popularité de la discipline (que je connais si peu) pour aborder l’un des aspects de cette théorie : le Temps.

Selon Einstein, le temps, ce grand ennemi du genre humain, serait lui aussi relatif. Ainsi, plutôt qu’une ligne d’évènements se succédant, il s’agirait plutôt d’évènements se déroulant simultanément. Donc, selon cette théorie – qui nous vient d’un homme qui, armé d’une feuille et d’un crayon, a pu prédire l’existence d’ondes gravitationnelles il y a 100 ans – au moment d’écrire ces lignes, des lecteurs sont déjà en train de les lire, je suis en train de naître et de mourir.

Cela impliquerait plusieurs choses, trop pour toutes les mentionner mais…

Pour un esprit chrétien ou croyant à un Jugement Dernier, cela signifierait qu’au même moment où l’Homme est devant son créateur, il est aussi en train de vivre la vie pour laquelle il est jugé. Lui et des milliards d’autres.

Toujours dans l’ordre d’idée du Jugement Dernier, au moment où Claude Jutra réalise Mon Oncle Antoine, il est aussi en train de vivre ses amours coupables (ce qui pose la question de la séparation de l’œuvre et de la vie d’un artiste). Pourtant acclamé, il est déjà devant son tribunal post mortem, et la cause est déjà entendue.

Voyons pour l’affaire du Dauphin de la colère que certains nous présentaient comme une victime expiatoire du narcissisme ambiant et de la bêtise des réseaux sociaux. Tué par une séance d’égoportaits. Malheureusement pour nos praticiens de l’indignation permanente, des journalistes allaient nous apprendre que le pauvre animal était déjà mort lors des prises de photos. Qu’ils se consolent! Puisque selon la relativité du temps, le bébé dauphin était bien en vie au moment de la macabre séance photo.

Finalement, au moment de la fondation de Rome, Augustule est déjà en train de remettre ses insignes impériaux à Odoacre alors que la ville est visitée par des hordes de touristes.