Les nouveaux objectifs canadiens sont fixés pour 2020 et visent à réduire de 17% les émissions de gaz à effet de serre (GES) par rapport aux niveaux enregistrés en 2005. C'est donc une diminution de 607 à 731 mégatonnes (Mt) des GES annuellement produits. Cette initiative s'inscrit dans l'engagement qu'a pris le Canada  en 2009 lors de la Convention de Copenhague sur le climat.

Il y a six ans, le pays produisait 2 % des émissions mondiales. Bien que cet objectif puisse sembler porteur d'espoir, plusieurs écologistes, comme ceux de la fondation David Suzuki, considèrent que c'est encore insuffisant pour contrer les désastres causés par le réchauffement climatique.

Les principaux secteurs visés par les politiques fédérales sont le transport et la production d'électricité. Pour exemples,  le nouveau règlement sur les émissions de gaz à effet de serre des automobiles à passagers et des camions légers, le règlement sur les carburants renouvelables ou encore la norme de rendement pour les nouvelles unités de production d'électricité à partir du charbon.

Le domaine écarté du plan d'action est celui de l'industrie. Cette décision reflète la crainte engendrée par la crise économique de 2008. Cela nous éloigne bien évidemment du résultat espéré, le prix du pétrole ayant stimulé son exploitation, surtout sous la forme de sables bitumineux.

L'extraction de ces derniers est excessivement polluante; un baril de pétrole est brûlé pour en obtenir deux. Selon les statistiques, cette industrie verra sa production doubler d'ici 2020, passant de 913 à 1 786 milliers de barils par jour.

Le rapport d'Environnement Canada précise aussi «qu'il est impossible de prédire les émissions de gaz à effet de serre du Canada avec certitude, en raison de l'importance des facteurs économiques et de l'incertitude intrinsèquement liée à ces facteurs (produit intérieur brut, prix de l'énergie) à l'avenir (…)  À ce titre, les émissions futures seront façonnées par les mesures gouvernementales existantes, ainsi que par les futures mesures qui seront mises en œuvre dans le cadre du plan du Canada visant à réduire les émissions jusqu'à la cible établie dans le cadre de l'Accord de Copenhague de 607 Mt d'ici 2020.»

Crédit photo : Alexandre Drouin