En novembre dernier, La Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) lançait un guide de bonnes pratiques en matière de mobilité durable réalisé en collaboration avec Mobili-t, un OBNL dont la mission est le développement et la promotion du de la mobilité durable. Le guide disponible gratuitement sur le site des deux organisations propose plusieurs conseils pour encourager le covoiturage, l’utilisation de transport en commun ou le déplacement actif. Pour en apprendre davantage, Impact Campus s’est entretenu avec Annick Gonthier, directrice chez Mobili-t.

Selon elle, l’objectif principal du guide est de donner des moyens aux générateurs de déplacements intéressés de favoriser le déplacement durable en réduisant l’utilisation de l’automobile. Les générateurs de déplacements sont entre autres des entreprises privées, mais aussi des organismes publics ou des évènements, bien que le guide soit destiné davantage aux employeurs.

Des solutions

Le guide apporte plusieurs suggestions, comme par exemple la possibilité d’offrir un horaire de travail variable, d’implanter un programme de télétravail, d’offrir de bons stationnements à vélo ou encore de participer à des programmes de fidélisation au transport en commun.

La directrice confie que le retour garanti à domicile est l’une des mesures les plus efficaces et simples à mettre en place. Il s’agit simplement de payer un billet de taxi à l’employé si celui-ci doit retourner d’urgence chez lui, ce qui lui permet d’éviter certains inconvénients du covoiturage et du transport en commun. Mme Gonthier note d’ailleurs que c’est une mesure relativement abordable. La caisse Desjardins de Lévis dépenserait en effet moins de 100 dollars par année pour environ 6000 employés. Elle concède cependant que certaines mesures sont difficilement applicables pour de petites entreprises, mais rappelle que du financement est disponible pour certains développements des PME.

La directrice remarque aussi un certain engouement des entreprises pour l’environnement. Il y a quelque temps, «il fallait qu’on aille chercher chaque employeur un par un pour faire des démarches, mais maintenant c’est beaucoup les entreprises par elles-mêmes qui nous contactent», ajoute Annick Gonthier. Elle précise aussi que bien que le guide vise le territoire de la communauté métropolitaine de Québec, plusieurs des recommandations peuvent être implantées dans d’autres régions.

Crédit photo : Elia Barbotin