Au tournant de 2017 à l’UL : Faits saillants

Les mois de décembre et de janvier sont toujours très occupés pour les étudiants, aux prises avec de nombreux examens, puis enfin en vacances. Pour vous tenir à l’affût des événements qui vous concernent, Impact Campus vous propose un bref retour sur les nouvelles importantes du tournant 2017 à l’Université Laval. 

#1 : Laboratoire déménagé

L’annonce d’un changement de mission pour un laboratoire de biologie situé dans le pavillon Alexandre-Vachon a fait beaucoup jaser pendant tout le mois de décembre. L’endroit est très récent et il est équipé à la fine pointe de la technologie.

Or, d’ici le printemps 2018, plusieurs des laboratoires d’enseignement seront relocalisés au sein d’une nouvelle aile conçue à cet effet dans le pavillon Alexandre-Vachon. Impact Campus suivra l’évolution de ce nouveau chantier qui coûtera 22 M$ à l’administration, selon Radio-Canada.

Le Syndicat des employés et employées de l’Université Laval (SEUL) s’est pour sa part dit frustré de ce qu’il qualifie d’un autre exemple de mauvaise gestion des fonds publics de l’administration. « Personne n’a fait de planification pour se dire : « peut-être qu’on devrait attendre un peu que l’aile 600 soit rénovée. » On a mis de l’argent là qui va être brûlée littéralement, on dilapide des fonds publics », lance le leader syndical, Éric-Jan Zubrzycki, dans une entrevue avec Radio-Canada.

#2: L’UL dans les découvertes Québec Science de l’année

Le groupe de chercheurs du biologiste de la Faculté des sciences et de génie de l’Université Laval, Julian Dodson, a fait une découverte scientifique importante concernant la reproduction d’anguilles pendant le temps des fêtes. Le travail de l’équipe a même figuré dans le palmarès final des découvertes de l’année 2016 du réputé magazine Québec Science.

M. Dodson et ses collègues ont démontré, par leurs recherches, que la « migration reproductrice » de l’anguille d’Amérique l’amène éventuellement dans la mer des Sargasses sur plus de 2400 km de distance. La grande découverte a fait taire bien des spéculations autour de la route migratoire de cette espèce en voie d’extinction, dont le lieu central de reproduction fait l’objet de recherches depuis des dizaines d’années.

Par-dessus tout, cette avancée pourrait en venir à inverser le déclin de l’anguille sur le continent, qui, depuis les années 80, est en chute libre.

#3 : Consultation publique peu populaire

À peine deux mois après la crise des agressions à l’Université Laval, une première consultation publique traitant des violences sexuelles s’est déroulée au pavillon Alphonse-Desjardins le 13 décembre dernier. Semaine d’examens, début des vacances pour d’autres ; l’événement n’a rassemblé qu’une quinzaine de personnes.

Des représentants d’associations étudiantes étaient tout de même sur place. Ils ont ensemble participé au rapport remis à la ministre de l’Enseignement supérieur Hélène David le 6 janvier dernier. Les idées sur la table prépareront d’autres journées de réflexion à l’échelle de la province d’ici le mois de mars, en vue de la création d’une loi spéciale sur les violences sexuelles.

Le suivi dans cette affaire sera des plus essentiels à l’UL, dont les discussions n’ont pas pour autant cessé sur le campus depuis la fermeture judiciaire du dossier.

#4 : L’Institut nordique financé

Le premier ministre Philippe Couillard a confirmé le 13 décembre dernier que son gouvernement octroierait plus de 10 M$ au projet de construction d’un nouveau complexe de l’Institut nordique du Québec sur le campus de l’UL. Plus tôt en 2016, la Ville de Québec s’était déjà positionnée dans ce projet et avait assuré qu’elle fournirait 30 M$ à l’administration pour aller de l’avant. L’aide provenant du palier fédéral est toujours en attente quant à lui.

Présent lui-aussi pour assister à ce qu’il a décrit comme « un grand jour », le recteur Denis Brière en a profité pour se justifier au sujet des contrats avec la firme de plusieurs centaines de milliers de dollars avec la firme NATIONAL.

« Ce n’est pas pour mon image, je n’ai pas besoin de ça. C’est très très très bon pour l’Université Laval, je peux vous le garantir. Je peux vous dire que NATIONAL est une contribution extraordinaire à l’Université », a-t-il lancé en point de presse ce jour-là.

#5: Grossière indécence

Un ancien professeur de la Faculté de médecine de l’UL, Denis Beauchamp, s’est vu déclaré coupable d’exhibitionnisme quelques jours avant Noël, le 19 décembre. L’homme d’une soixantaine d’années avait été surpris, en juin 2015, en train de se masturber dans une toilette publique du centre d’achats Place Laurier.

Pour se défendre, M. Beauchamp a lancé devant la justice qu’une condition médicale lui « obligeait » de se masser les parties génitales. Un argument que n’a pas retenu le juge Auger, soulignant qu’un endroit privé aurait pu être priorisé dans le contexte.

Celui qui est dorénavant retraité a dû verser une somme d’argent au Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) en guise de peine judiciaire, mais s’est vu accorder l’absolution inconditionnelle, ce qui lui a évité un dossier criminel formel.

Consulter le magazine