paradoxe de l’ordinaire